cavalli

Inspiration …

cavalli

Comme toute chanteuse qui se respecte, le cliché Rock me séduit toujours ! Aussi j’aime beaucoup la dernière pub Cavalli … C’est vraiment un cliché (la tignasse punky noir corbeau, la peau pâle, la veste en panthère et le micro doré) certes mais qui fait son effet. Repérage.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
heardercave

Une vraie robe vintage

heardercave

Chaque vendredi, je pars à la recherche de fringues vintage… Ce n’est pas faute de le dire : je travaille à la maison où j’écris mes livres et travaille ma musique toute la semaine mais friday j’aime chiner! C’est ma relaxation d’avant le week-end (où je participe souvent à des salons du livre et des concerts) et j’en ai bien besoin! Cela m’aère l’esprit ! J’ai de la chance, près de chez moi il y a un grand hangar plein de fringues de marque en bon état ou carrément neuves et il y a le choix: robes, jupes, tops, manteaux, chaussures, sacs… Bien-sûr, j’y vais seule sinon mon mari devient fou et trépigne d’impatience! Une bonne heure c’est ce qu’il me faut pour composer ma tenue Vintage de la semaine sachant que je pars de chez moi sans idée précise en tête. C’est la première jolie pièce dénichée qui m’inspire le reste de la tenue … Vous voyez, ma vie d’auteur-chanteuse-bloggeuse est épuisante ;)

Et la semaine dernière j’ai déniché ce petit trésor: une robe Archa des années 70, neuve et étiquetée. C’est le modèle « Porsche » qui a connu un beau succès dans les années 70. J’ai choisi un gilet en fausse fourrure, tout aussi vintage. Du noir, du marine et du blanc donc cette semaine !

39cab3d2_o

IMG_0551

 

IMG_0566

IMG_0567

IMG_0570

IMG_0581

IMG_0583

IMG_0587

IMG_0588

Pour ce look, je n’ai pas d’équivalent à vous proposer … C’est le privilège des raretés Vintage ! En vous souhaitant une merveilleuse semaine, pleine d’accomplissement ! Si vous avez besoin d’encouragement, lisez cet article.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
innocence

Et enterrer son innocence… Plusieurs fois!

Article Innocence leblogdeceline.com

Le désert sans le calme

J’ai passé mon week-end sur un Salon du livre à moitié désert. Si j’avais été plus positive ce matin, j’aurais écrit « à moitié plein », bien-sûr. Tout dépend, finalement, de quel côté du stand on se trouve! 48 heures à traquer le chaland pour vendre son dernier bouquin c’est parfois long! Et en matière de Salon du livre, on ne peut jamais savoir à l’avance si le lieu sera fréquenté ou ressemblera à la Road 66 un dimanche au petit matin. Des salons organisés en rase campagne peuvent devenir de vrais succès commerciaux pour les organisateurs comme pour les auteurs mais on peut aussi faire « chou blanc » dans des lieux beaucoup plus prestigieux…

Canada ! Un road-trip sans voiture …

Donc ce Salon à moitié plein m’a donné l’occasion de lire (en entier!) le fameux « Canada » de Richard Ford. Un septième roman fort bien ciselé totalement construit sur le thème de l’enterrement de l’innocence, plusieurs fois dans une même vie. Le livre évoque la sortie de route d’un couple d’américains moyens que rien ne prédisposait, à priori, au hold up. Le tout narré par un pré-adolescent, leur fils, qui voit son petit monde, déjà pas très gai, basculer du jour au lendemain, dès l’incarcération de ses parents. Comme toujours, Richard Ford nous fait voyager, nous entrainant dans les grands espaces, l’esprit « road trip » sans la voiture. Revenons à nos moutons. Ces dernières 48 heures, assise à un stand, derrière mes livres et mes disques, m’ont donc offert le temps de réfléchir à son sujet de prédilection: l’enterrement de l’innocence. Je n’ai écrit « la perte », remarquez-vous ?

L’enterrement de l’innocence

Il y a une différence notable entre la perte de l’innocence et l’enterrement qui ne peut se dérouler qu’après cette première étape. Perdre son innocence, on sait tous – à peu près – de quoi il s’agit, mais enterrer son innocence, mes amis… Voici un vrai sujet de philo (dans lequel je n’entrerai pas, mes neurones étant beaucoup trop engourdis le matin!)

Enterrer son innocence, c’est démontrer pleinement son désenchantement tout en ritualisant cet acte pour bien montrer qu’on est pas dupe ! Et vous, si vous pouviez « enterrer votre innocence » encore une fois, comment feriez-vous ?

Pour ma part, je tenterais de faire les choses EN GRAND. Parce que, réjouissez-vous, tant qu’il nous reste un brin d’innocence, il est encore possible de lui concocter un somptueux enterrement!

Enterrer son innocence avec …

Une petite phrase :

A force de se vanter de ses exploits, de sa vie, de ses somptueuses créations, Ducon commence sérieusement à me les briser… C’est vrai, au début j’ai écouté ses histoires de création audiovisuelle numérique dont il était soi-disant le spécialiste sur la région (avant de m’apercevoir que son vrai métier était conducteur de petits trains, fonctionnaire) avec intérêt. Puis j’ai réalisé que tout cela n’était que du flan ! Manque de bol j’ai l’estomac fragile et je considère que le lait de vache c’est pour les veaux. Désormais je ponctue tous ses grands discours sur Facebook (et ailleurs) par une phrase grandiose du genre « C’est décidément le meilleur de nous tous! » ou encore « Au meilleur d’entre nous »… ça sonne un peu épitaphe mortuaire, vous ne trouvez-pas ? Et voilà Ducon et ses tirades grandiloquentes enterré en même temps que mon innocence. Voici un enterrement qui fait du bien à l’âme !

Un silence sépulcral

Vous avez mis 20 ans à vous rendre compte que votre meilleure amie était une parfaite connasse ? Pas de souci! Une fois de plus vous avez enterré une part de votre innocence, rien de plus… Discuter avec ladite personne comme elle l’espérerait (histoire de vous faire gober une énième fois « qu’il y a méprise », qu’elle n’est pas aussi conne qu’elle en à l’air) serait une perte de temps. En vous terrant dans le silence, vous réaliserez un bel enterrement d’innocence et, croyez-moi, vous bénéficierai, en outre, de vraies vacances pour vos oreilles, ce qui est un luxe par les temps qui courent !

La déchéance du côté du Camden ?

Vous pensiez avoir trouver l’homme (ou la femme) de votre vie mais vous vous rendez compte qu’à ce petit jeu-là vous êtes encore la dernière roue du carrosse ? Je vous conseille d’aller enterrer l’innocence qu’il vous reste – peut-être – du côté de Camden, London. Une bonne nuit d’ivresse, une soirée punk, goth – au choix – un peu pimentée, peut aussi constituer un bel enterrement. Accessoirement, choisissez un vendredi soir. Le samedi matin, à la sortie de club, les boutiques sont ouvertes. L’innocence peut aussi s’enterrer (plusieurs fois) avec une carte bleue.

Vous voyez, tout ne va pas si mal. Alors si on vous prend pour une pomme ce jour, pensez à comment vous allez enterrer les brins d’innocence qu’il vous reste ! La question est cruciale, croyez-moi…

Rendez-vous sur Hellocoton !
motorheadheader

Motorhead dress !

motorheadheader

Voilà une robe toute mimi qui fait à la fois rock par son motif et goth grâce à son long tutu de tulle noir. J’aime bien les robes à thème qui me permettent d’être originale chaque jour, pour pas trop cher, sans trop me casser la tête et qui permettent de s’habiller rapido sans cogiter pendant une heure dans le dressing. Voici un modèle du genre donc. Aimant le rock et la moto, j’ai pas mal de paires de bottes noires qui « fittent » bien avec cette pièce! Quelques clichés.IMG_0437

IMG_0503

IMG_0504

IMG_0505

IMG_0506

IMG_0507

IMG_0509

IMG_0512

IMG_0517

Où trouver la robe Motorhead ? En cliquant ci-dessous :

motor

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
auteurchanteuse

Auteur-chanteuse-bloggeuse : organisation !

Auteur-chanteuse-bloggeuse pour leblogdeceline.com

Cela fait maintenant 2 ans que je ne me consacre plus qu’à l’écriture de mes livres, la composition de mes chansons (et par conséquent la production de mes disques) et mes blogs (les 2 principaux! celui-ci et Chercheurs de bonheur). Auparavant, il m’arrivait d’avoir un travail fixe à côté, à temps partiel (journaliste pour quelques magazines ou professeur de danses actuelles). Aujourd’hui je ne m’occupe plus que de ma musique et de mes livres, professionnellement parlant.  La production d’ouvrages comme de CD demande de la promotion et de la communication. Tout cela requiert une sacrée organisation même si je ne distingue – pour ainsi dire – pas mes passions de mon travail!

Un peu de restriction mais plus de job alimentaire …

J’ai remarqué qu’en ayant un emploi alimentaire à côté, mon travail artistique n’avançait pas et que cela ne me donnait pas l’opportunité de vraiment me professionnaliser, ni dans l’un, ni dans l’autre. C’est pourquoi, même en gagnant moins, j’ai préféré abandonner le job alimentaire, me restreindre un peu mais ne plus vivre que de mon « art ». C’est un choix de vie qui est assez critiqué en général (sauf par ma propre famille qui y trouve des avantages : présence à la maison, maison bien rangée, repas équilibrés, vie de famille « prise en main » et non en friches) mais ce qui est bien sur cette terre c’est que « Chacun fait, fait, fait, ce qui lui plait, plait, plait » comme dit la chanson. J’ai connu des fonctionnaires tentant désespérément de tenir et leur emploi et une activité artistique sérieuse… Ils ont tous fini par abandonner et en sont ressortis très frustrés. Difficile de se dire « Musicien », « Producteur », « Styliste » lorsque pour tout le monde on est « bibliothécaire », « prof » ou « hôtesse de l’air »… La crédibilité dans le milieu artistique, ça compte autant que le talent comme la présence, nécessairement pérenne et accrue au fil des ans.

Un choix de vie et une vraie décision qui doit se prendre

D’ailleurs la plupart de mes amis artistes ayant suivi ce chemin semblent m’en vouloir d’avoir choisi de travailler la musique et l’écriture à plein temps. Je résume cela ainsi : soit on a sécurité financière soit on se lance avec les risques que ça comporte sans filet de sécurité, ils ont fait le premier choix, j’ai fait le second car je ne voyais pas salariée éternellement. Étant dans le milieu artistique depuis 23 ans, est venu un moment où je ne pouvais plus reculer ! Et surtout où j’avais vraiment à cœur « d’y aller » ! Aujourd’hui en plus de mon travail d’auteur-compositeur, je travaille aussi avec une nouvelle formation musicale, les projets appellent les projets, tout avance, c’est la loi de l’évolution artistique! Donc pour moi avoir du temps est primordial.

Un planning à gérer même à la maison !

Donc voilà, le choix a été fait pour moi il y a 2 ans et je ne compte pas revenir en arrière ! La vie est une question de mise en marche de son pouvoir de décision et d’action ! Même si mes 3 activités (toutes liées à l’écriture) sont plaisantes et si beaucoup de gens rêveraient de rendre leur tablier pour ne vivre que de leur art, elles n’en demeurent pas moins ultra-exigeantes! Comme ces activités sont étroitement liées, elles interagissent et se nourrissent mutuellement, si je puis dire ! Je reçois souvent des commentaires ou des emails de lectrices qui me demandent comment je fais pour m’organiser, si j’ai un « vrai travail » à côté etc. Non je n’ai pas de « vrai travail » à côté. Cela fait 23 ans que j’écris et édite mes propres livres et je considère donc mon activité comme mon « vrai » travail puisque je perçois de l’argent de leur vente. C’est la même chose pour ma musique (je suis sociétaire de la SACEM) et concernant les blogs, ils ne sont pas générateurs de revenus ou si peu mais servent, aussi, à faire connaître mes deux activités d’auteur et de chanteuse. Sans être lucratifs financièrement (ils le sont sur le plan humain et au niveau du développement personnel), ils me permettent de me rapprocher du style de vie que je vise (plutôt inspirée, donnant aux autres et recevant en conséquence).

Commencer par le moins plaisant et le plus contraignant le matin

Le matin, si je ne me prépare pas en même temps que ma petite famille, cela me pose des soucis de planning plus tard dans la journée. Même si l’école de mon fils est à 20 mètres de la maison (sur le même trottoir : c’est un luxe vraiment !) je dois me préparer en même temps que lui. Si je l’accompagne à l’école et que je reviens ensuite pour me préparer j’empiète trop sur mon temps de travail. Car lorsque je rentre il y a quand même un petit moment consacré à remettre la maison en ordre, aérer, faire les lits, bref faire de la maison un lieu zen vu que c’est aussi mon lieu de travail ! Si la maison est en désordre, c’est aussi le désordre « au boulot » donc ! Le matin, une fois que la maison est déserte, je commence par le rangement, ménage etc. J’essaye de ne pas me laisser déborder car tout le temps passé aux taches ménagères est du temps en moins sur mon travail personnel. Les courses désormais elles sont géantes mais c’est une fois tous les 10 jours seulement. C’est un gain de temps conséquent pour moi. Je fais souvent le tri et je donne des choses ou je les mets à la poubelle : j’ai besoin de place, je suis adepte des beaux volumes quasi vides et moins il y a de choses dans mon bureau et dans la maison, plus je gagne de temps également.

L’écriture

L’écriture de livres ne coule pas de source tous les jours mais, inspirée ou non, je m’y mets au moins une heure quotidiennement. J’écris depuis mes 16 ans et j’écris professionnellement depuis mes 20 ans, je n’ai donc pas de mal à m’y mettre, en général, et je ne connais pas l’angoisse de la page blanche. Quand on a été journaliste à assurer des papiers quotidiens pendant 12 ans, ça aide !

La musique

C’est clair que je ne peux pas m’entrainer à chanter mes chansons plus d’une heure par jour. Je ménage ma voix, surtout en hiver (son lot de rhinites, trachéites, sinusites… ) Donc je chante une heure le matin, bouteille d’eau à proximité et je joue 30 mn d’autoharp en début d’après-midi et le soir afin de ne pas perdre mes automatismes sur mes morceaux. Le soir, après le repas, mon mari a souvent droit à petit concerto : je reprends 5 chansons de mon répertoire en général, toujours pour ne pas perdre la main. Je passe aussi beaucoup de temps en studio. Ce n’est pas tout d’écrire des chansons, ensuite il faut les faire arranger, les chanter comme on le souhaite, trouver la bonne interprétation et le bon feeling, puis passer en studio. Tout cela a un coût. Un coût horaire. Ce coût horaire met du temps à être rentabilisé. Selon les chansons, cela peut mettre des années. Les plateformes changent la donne ces derniers mois… Le fait de faire presser son album comme je l’ai fait pour « Paris-Memphis » permet de vendre mieux, si le tout est soigné puisqu’il y a beaucoup d’amateurs d’artistes auto-produits aimant l’originalité et les belles pochettes. Donc en soignant tout l’aspect musical et graphique d’un album, sa communication etc. on finit heureusement par s’y retrouver.

L’écriture musicale

Même si mes musiques semblent tomber du ciel, il me faut des après-midi complets pour les transcrire, les peaufiner, composer mes intros et mes outros. En principe je conserve un jour chaque semaine à cette activité, le même jour je fais mes dépôts de chansons à la Sacem, c’est un peu de travail administratif mais c’est nécessaire.

La communication liée à mon travail musical

Presque tous les jours je consacre une heure à répondre aux possibilités de collaboration, à tenter de décrocher une interview pour un magazine ou une radio, à rédiger un communiqué de presse. C’est nécessaire de faire connaître son travail une fois qu’il est finalisé ! C’est même la plus grosse part du job!

Mes blogs

Je nourris ce blog à l’envie, à la demande, lorsque j’en ressens le besoin. C’est donc tous les jours, parfois plusieurs fois par jour, selon les collaborations. Je reçois des produits à tester, parfois sur plusieurs semaines, des livres à lire et à critiquer, je prends les photos des produits et ouvrages puis je m’y mets à mon rythme. Les blogs me monopolisent 2 à 3 heures par jour. C’est une façon de faire connaître ma musique et mes propres livres et kindles et de rester en contact avec beaucoup de monde car je vis à la campagne, dans un petit village. Mes contacts « parisiens » et modesques se font via le blog le plus souvent donc. Souvent on m’invite à gauche, à droite pour un défilé, la sortie d’une nouvelle collection etc. Hélas je n’arrive à me rendre qu’à une seule invitation sur 20 ! Je sélectionne donc ce qui est le plus cohérent avec mon blog et le plus pratique pour moi étant exilée à la campagne.

Pour chercheursdebonheur.com c’est un peu différent: dès que je lis quelque chose qui me plait, j’écris un article dessus. Ce blog reçois depuis plus d’un an entre 500 et 1000 visites /jour et je reçois donc pas mal de courrier des lecteurs, c’est un vrai travail que de répondre à tout le monde ou presque. J’effectue cette tache le lundi matin seulement sinon j’y passerai trop de temps au quotidien!

Pour Healthy Beauty Place que j’aime à gérer comme un magazine en ligne, je suis mon instinct totalement. Parfois il me prend l’envie de faire un look, un sujet sur un produit, un aliment ou un coup de gueule. J’y vais, quelle que soit l’heure, sans trop me poser de questions. Je me fais confiance la plupart du temps.

La vente de mes livres et disques

Mes weekends sont souvent consacrés à des salons du livre où je présente à la fois mes ouvrages et mes disques. J’en fait une douzaine par an mais en ce moment avec les retombées de Paris-Memphis, beaucoup plus ! Rien que sur le mois de décembre je vais en faire 4 soit 5 jours à temps plein. Cela représente un gros travail d’organisation, des aller-retour et de la fatigue car les salons sont toujours très bruyants. Tenir 48h dans ce genre de lieux reste un défi pour moi !

Les concerts

Je fais beaucoup de concerts près de chez moi, des showcases de proximité et régulièrement, tous les 3 mois un concert plus conséquent sur Paris. L’été je fais pas mal de concerts nocturnes, en villages, là où je passe mes vacances, je fais aussi des radios et des télés lorsqu’on me le propose. Je fais partie d’un programme américain de concerts en ligne ce qui signifie que sous peu je ferai des concerts depuis mon propre studio, cela me permet de rentabiliser mes répétitions.

La vie de famille, le regard des autres

Niveau vie de famille, il faut tout gérer également. Mon fils et mon mari rentrent manger avec moi tous les midis. Donc à 11h00 je me transforme en cuisinière ! Le soir, je cuisine un peu également. Le weekend, nous nous réservons pas mal de mini-séjours en amoureux car nous sommes de « jeunes » mariés. J’ai remarqué ces derniers temps que mon fils connaissait certaines de mes chansons en anglais par cœur ! Mon mari me questionne sur mes nouveaux livres et créations. Bref, tout le monde vit un peu au rythme de la créativité dans cette maison. Une fois où nous étions invités chez un prestataire de services, il a fait à mon mari cette réflexion « Et tu n’en as pas ras-le-bol de toutes ses activités artistiques à ta femme ? Moi ça me saoulerait bien comme il faut! Il faudrait peut-être qu’elle arrête de tous vous entrainer dans ses projets ! » La réaction de mon mari: « Il doit vraiment être frustré avec sa propre femme pour réagir de la sorte ! C’est une femme ordinaire et sans créativité qui me gonflerait par dessus tout! » m’a-t-il confié dans la voiture. Certaines personnes ne sont pas prêtes à regarder en face celles qui accomplissent leurs rêves, se sentant obligés de « juger » et de condamner ceux qui vivent différemment ! Personnellement, je pense que le style de vie est un choix et que le voisin soit salarié, chômeur ou artiste n’est pas prêt de m’empêcher de dormir la nuit … Cet article vous offre cependant un petit aperçu de ce à quoi vous attendre si vous choisissez vous aussi de faire différemment des autres… Au final, lorsqu’on est artiste et qu’on travaille de chez soi, le regard des autres est soit totalement négatif, soit totalement positif. Il n’y a pas de milieu. On peut parfois avoir l’impression d’avancer plus vite qu’avec un emploi alimentaire mais lentement tout de même. Pour ma part je remets ma bibliographie et ma discographie à jour une fois par an sur ma page Auteur Amazon, cela me permet de prendre conscience de tout le travail réalisé au fil des ans. Si je ne suis pas que mon travail artistique, j’y mets tout de même une bonne partie de ma personnalité, les deux sont donc parfois indissociables. C’est l’organisation au quotidien qui me permet d’avancer sur 3 fronts à la fois (musique, écriture de livres, écriture bloggesque) de manière assez efficace. Il est indéniable qu’un artiste bien organisé produit plus et mieux que les autres. A une époque où la présence et la communication constituent un facteur de réussite, c’est important.

Rendez-vous sur Hellocoton !
dermato

Dermato : visite annuelle

article Dermato

 

Hier je suis allée chez le dermato pour une visite de routine. J’ai énormément de grains de beauté et aussi pas mal de tâches de rousseur. Cela faisait 6 ans que je n’avais pas montré ma peau à un spécialiste, j’étais donc vraiment loin du compte (une visite annuelle même si rien ne semble « à signaler »).

Alors bien-entendu, lorsqu’on vit à la campagne comme moi (parisienne expatriée en Champagne depuis 3 ans), c’est un peu le casse-tête. Les rendez-vous sont longs à obtenir sauf que cette fois j’ai bénéficié d’un désistement et que j’ai pu l’avoir sous 48 heures. Bref, encore faut-il y aller ensuite, surtout quand on aime pas les routes de nuit car depuis peu il fait quasiment nuit à 17h00 et ici c’est aussi l’heure à laquelle les champs et collines se couvrent d’une épaisse couche de brouillard. J’ai donc profité de la présence de mes parents chez moi cette semaine pour me faire conduire par papa.

La visite en elle-même à duré 15 mn à peine : hop on se déshabille, on s’allonge sur le dos puis sur le ventre et le dermato observe le corps au dermatoscope (lentille grossissante).

L’énorme grain de beauté en volume de mon dos qui me faisait mal ces derniers temps s’est avéré être tout à fait normal, ce qui est déjà rassurant et j’ai eu droit à un petit cours sur le décryptage des grains de beauté, ce qui me change un tantinet des décryptages Mode ! La douleur ressentie était celle du muscle probablement légèrement froissé en dessous. Rassurée. Le mieux étant – si vous n’êtes pas trop myope – de réaliser un auto-examen attentif assez régulièrement. Quand on est enfant on pense souvent à regarder ce qui cloche sur son corps mais cette habitude se perd avec l’âge et bientôt on ne fait plus attention à ce qui se passe aux endroits visuellement inaccessibles comme le dos.

Effectuer son auto-examen

Bien-sûr il faut vous placer dans une pièce avec une bonne lumière, la lumière naturelle c’est mieux mais si c’est trop sombre chez vous n’hésitez pas à utiliser un bon halogène ou a vous constituer une rangée de lampes. Ensuite il vous faut une psychée et un miroir à main ou un miroir grossissant cosméto.

- Commencez par examiner à l’oeil nu les extrémités : mains, pieds, ongles, doigts et n’oubliez pas les espaces entre les doigts et les doigts de pieds.

- Passez ensuite aux avant-bras, cuisses et jambes. Regardez la totalité de la surface de la peau, ne laissez rien au hasard ! -Passez devant le miroir et agissez avec méthodologie. Levez les bras en l’air et examinez la totalité du corps de haut en bas puis placez-vous de profil (droit puis gauche). Notez ce qui vous parait suspect.
-Prenez un tabouret et commencez à atteindre les zones difficiles à observer de près : l’arrière des cuisses, du genou etc.- Finalisez l’observation : n’oubliez pas le cuir chevelu en regardant l’implantation des cheveux (il peu y avoir des grains de beauté à cet endroit), la nuque et n’hésitez pas à toucher le crâne pour sentir d’éventuelles grosseurs ou grains de beauté.

Méfiance si …

Même si tous vos grains de beauté se ressemblent, il y en a peut-être un qui est différent (forme, couleur, épaisseur) ou carrément bizarre. La première étape consiste à repérer les grains de beauté « weird! »; ceux qui dénotent vraiment.

Si vous voyez ce grain de beauté différent des autres évoluer, changer de taille, forme, couleur, matière etc. consultez.

Familiarisez-vous à la règle ABCDE ci-dessous, elle n’est pas compliquée !

La fameuse régle ABCDE

comme Asymétrie.

Grain de beauté de forme ni ronde ni ovale et dont les couleurs et les reliefs ne sont pas régulièrement répartis autour de son centre.

Normal Suspect
Grain de beauté symétrique Grain de beauté asymétrique

 

B comme Bords irréguliers.

Bords déchiquetés mal délimités.

Normal Suspect
Grain de beauté à bords réguliers Grain de beauté à bords irréguliers

 

C comme Couleur non homogène.

Présence désordonnée de plusieurs couleurs (noir, bleu, marron, rouge ou blanc).

Normal Suspect
Grain de beauté de couleur homogène Grain de beauté de couleur non homogène

 

D comme Diamètre – Diamètre en augmentation.

Une lésion susceptible d’être un mélanome a généralement une taille supérieure à 6 mm.

Normal Suspect
Grain de beauté de petit diamètre Grain de beauté de diamètre évolutif

 

E comme Evolution.

Changement rapide de taille, de forme, de couleur ou d’épaisseur.

Crédit photo : Service dermatologique de l’Institut Gustave Roussy ; Dr Michel Le Maître ; Dr Philippe Deshayes ; Dr Georges Reuter. (Source : e-cancer.fr)

Plus le nombre de critères est validé, plus le risque que la lésion soit un mélanome est élevé.

La présence d’un ou plusieurs de ces signes ne signifie pas forcément que vous avez un mélanome, mais justifie de demander un avis médical sans attendre.

Vous savez maintenant tout sur l’auto-examen. N’hésitez pas à effectuer le votre. Cela peut se faire après la douche, un jour où vous avez décidé de prendre soin de votre santé !

Pour ma part j’ai été rassurée par cette visite éclair et je suis même repartie avec quelques crèmes anti-tâches à tester.

Bien utile pour réaliser son auto-examen :

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
headermoto

Motarde !

Incontournable ces derniers temps, la publicité Matchless mettant en scène une Kate Moss au mieux de sa forme, dans la peau d’une biker tendance B.B sur sa Harley Davidson ! Vous le savez j’adore la moto ! Mon mari en possède plusieurs et pendant les vacances c’est road trip en Goldwing ! Mon clip Miss Molly lui rendait d’ailleurs honneur à notre cylindrée ! Cette année, ressortez sans hésitations les blousons Hells Angels, les franges de cuir, les sacoches cloutées, les pantalons noirs lacés et les écussons de bécane!

visuel Bikers pour heakthybeautyplace.com

A moins de 100 euros sur Amazon :

Rendez-vous sur Hellocoton !
jumpsuitheader

Neutral jumpsuit

jumpsuitheader

C’est mon coup de cœur de l’hiver: la jumpsuit oversized aux couleurs neutres de T Style. J’aime les coupes et les teintes sobres qui s’adaptent à toutes les garde-robe. On n’est pas très Jumpsuit en France, pas autant qu’en Italie et en Grèce où l’on peut en croiser assez régulièrement, été comme hiver sur des fashionistas. C’est pourtant une belle pièce à posséder, surtout si on est mince et grande. Le souci de la Jumpsuit droite c’est que même relativement large elle ne pardonne rien! C’est donc un faux bon plan de vouloir cacher des hanches larges et rebondies dedans. Brindilles et géantes, vous pouvez foncer !

Visuel Jumpsuit healthybeautyplace.com 1

Retrouvez le modèle ci-dessus dans La boutique de Céline


Rendez-vous sur Hellocoton !
young-model

Le look « model » pour rajeunir ?

Si vous êtes plutôt mince et que vous approchez des 40 ans, la bonne idée est d’adopter le look « model » pour rajeunir de quelques années… Sur quoi misent les jeunes mannequins ? Sur une chevelure longue et naturelle sans coloration bien entretenue, des dents éclatantes et en parfaite santé, une peau hydratée et nourrie de l’intérieur permettant se se balader « no make up », de sourcils bien dessinés mais fournis qui font « ado » (non à l’épilation excessive et sauvage), une minceur mise en avant et enfin une simplicité de look. On favorise ainsi le blanc, le noir, la sobriété tout en valorisant son côté « skinny ».

young-model

Quand vous repassez à votre couleur de cheveux naturelle et à la longueur, vous gagnez en jeunesse. Le teint est plus naturel, il se retrouve dans ses conditions originelles, encadré par la couleur de cheveux faite pour lui par Dame Nature. Les sourcils épais viennent accentuer le regard et le coté « mutin » qu’on aime chez certaines mannequins. Quand à la peau « no make up », c’est vraiment l’allié idéal pour paraitre plus jeune. Quoi de pire qu’une tonne de maquillage qui vieillit ?

Bien-sûr le look « model » demande une alimentation parfaitement équilibrée et saine, à base de légumes, crudités, fruits et beaucoup d’eau. Pas de cigarettes, pas d’alcool, peu de sucres rapides et zéro graisses ou presque ! C’est le prix à payer pour conserver sa santé et paraitre jeune plus longtemps ! Ma sélection de clichés « modesques » dans cet état d’esprit « young healthy model » !

Visuel "Le look model" Article healthybeautyplace.com

Rendez-vous sur Hellocoton !
1fille2looks

1 fille – 2 looks : Envies et décryptage

Visuel article "1 fille - 2 looks" leblogdeceline.com
Repérage et envie de changement
Quand je commence à regarder les looks et styles d’autres femmes (avec insistance), c’est que l’hiver arrive et que j’ai envie de changement ! Cela a commencé la semaine dernière avec la reprise de mon mode alimentaire idéal dans l’espoir de perdre 3 kg (not a big deal : 1m67 pour 52 kg actuellement mais quand même un peu de rigueur serait la bienvenue …) et cela continue aujourd’hui avec un méga shampooing -après shampooing – soin dopé à la camomille dans l’espoir d’obtenir capillairement parlant quelque chose de plus doré pour l’hiver, comme la mannequin ci-dessus.
Des cheveux oversized !
J’avais prévu de me couper un peu les cheveux cet hiver mais dès que je les coupe je me sens un peu nue et beaucoup moins féminine. Je n’ai plus l’habitude des cheveux courts et même médiums. De plus j’ai coupé il y a 3 ans pour reprendre ma couleur naturelle, maintenant qu’elle est revenue je voudrais en profiter ! Il y a finalement si peu de femmes qui arrivent à revenir sans procédé chimique à leur couleur naturelle (moi je n’ai pas eu le choix : allergique aux couleurs de cheveux!) … Auta,t jouer de cette « rareté ». Donc je repousserai la coupe au printemps, quelques cm en avril, peut-être. Je ne sais pas ce que pensent les femmes de votre entourage des cheveux très longs mais pour ma part j’ai remarqué que celles au dessus de 60 ans étaient carrément fâchées avec la longueur, raillant les femmes à cheveux longs à la télé, critiquant les cheveux longs naturels comme les ajouts… Même si tout est une histoire de goûts, je trouve cette mentalité un peu déplorable sachant que la femme est faite aux origines pour avoir une crinière longue… Les ciseaux étant une invention de main d’homme, passons. Vous verrez en arrivant à la quarantaine on vous mettra une grosse pression pour couper… Comme j’aime faire l’inverse de ce que l’on me dit et que j’aime agacer un peu mes détracteurs lol pour moi cette année, quitte à en frustrer certaines (« Mais quand vas-tu couper tes cheveux longs ? » Moi: »Ah bon, parce que c’est écrit quelque part qu’à 39 ans il faut se ratiboiser le crâne ? ») ce sera longueur-blondeur-minceur lol les 3 mots que je préfère ^^
Mais revenons-en à nos moutons modesques…
Le choix de ces deux looks…
J’aime par dessus-tout cette image de fille à la fois actuelle et romantique, légèrement penchée sur les sixty’s, qui n’hésite pas à porter les cheveux comme à Woodstock et qui joue de sa fragilité et de sa minceur pour se composer un look de fée gracile mais décide sur-mesure.
Mes inspirations…
J’aime vraiment ce qui fait vintage et doux à la fois (première tenue) et j’adore tout ce qui évoque la route, le voyage, la ville des USA dans laquelle on se perd pour mieux se retrouver (seconde tenue). J’ai donc choisi ces clichés qui mettent en avant -pour le look romantique – une longue robe de dentelles crème recouverte par un manteau oversized blanc et texturé avec des escarpins nude. Pour le second look que j’aime tout autant : Un pull noir, une chemise de bucheron dans les tons Ardoise, des leggins cuir et de grandes cuissardes moulantes en nubuck beige.
Mon choix pour recomposer ces looks :

purpura erizo

Robe Purpura Erizo blanche

Concernant le look 2, voici ce que j’ai trouvé :

Retrouvez cette sélection dans Healthy Beauty Place : La boutique, ci-dessous.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Hit Counter by technology news