39 + 6 : Un bébé par l’Express de minuit !

naissance

Notre baby boy, le petit Ashley est né à 00:03, après un travail express de 18 minutes seulement ! Un accouchement ultra-rapide comme j’en avais rêvé et même pas le temps de poser la péridurale… Il faut dire que les signes de cette naissance imminente s’enchainaient depuis la veille 1 heure du matin…

Premier départ pour la maternité

Le vendredi, départ pour la maternité à 01:00 avec des contractions toutes les 30 minutes puis annonce d’un faux travail. Retour, un peu déçue, à la maison vers 02:30 et gros dodo… Vendredi 06:00 toujours des contractions et une surprenante montée de lait qui me fait dire que c’est pour bientôt… J’ai une prise de sang à faire ce matin et la laborantine s’affole : « Mais vous êtes mûre là! Vous allez accoucher aujourd’hui selon moi! ». On est le 12 février et mon terme est fixé au 24 mais vu mon poids et mon ventre je ne vois pas comment je tiendrai jusque là ! Pendant des mois j’ai refait le calcul. Et selon moi bébé doit naitre le 14 février, jour de la Saint Valentin… La suite nous dira si j’ai raison ou tort !

Second et troisième départ pour la maternité

Vendredi 12 février vers 20h00, j’ai des contractions toutes les 15 minutes et elles font vraiment mal ! Rebelote donc  mais arrivée à la maternité le verdict tombe : « Votre col est à deux doigts mais les contractions ne l’ouvrent pas ! ». Retour au bercail, une fois encore! 1h30 de bouchons pour rentrer avec cette crainte d’accoucher dans la voiture car MOI je sais que c’est imminent, je le sens c’est comme ça ! A la maison on prend le temps de manger vers 21h30. Une petite assiette de spaghettis bolognese pour moi mais voilà les contractions qui reprennent… : une belle contraction toutes les 12 minutes. On téléphone à mon beau-père médecin qui dit : « C’est pour ce soir, il est temps de partir à la maternité! » Mon mari me rassure : « Tu sais, on te l’a dit, elles ne sont pas efficaces… » Sauf que je ne suis pas rassurée car je ressens une espèce d’envie folle de… pousser !! Je supplie Camille mon mari de me ramener quand même à la maternité malgré les dires de la sage femme qu’on a vu. On repart et là, sur l’autoroute les contractions passent de 12 à 9 mn pile poil ! Un petit coup de panique. On passe devant la fac de Marne-la-Vallée où j’ai des souvenirs de jeunesse. Je pense à ma tante disparue récemment qui elle a eu 3 bébés sans jamais se plaindre de ses grossesses ni de la douleur. C’est rigolo, à la radio passe une chanson des années 80 qu’elle m’avait offert en 45 tours lorsque j’étais enfant : « Tropiques » de Muriel Dac. « Tropiques au compteur, change pas le moteur »… Un signe ? Pendant deux jours mon mari et moi auront ce refrain entendu dans la voiture dans nos têtes. J’aime être attentive au signes car j’y crois… Quand j’arriverai à la maternité, ma sage-femme se présentera d’emblée : elle porte le même prénom que ma tante disparue et spécialiste des bébés qu’elle adorait… Je me sens alors désormais sous les meilleures auspices ! Ironie du sort, Ashley naitra un 13 comme elle, pile 9 mois après sa propre date de naissance.

Pas de péridurale possible !

J »ai toujours envie de pousser en arrivant sur le parking de la mater… Et de plus en plus de mal à tenir à la verticale! Je me tiens de façon bancale sur mon mari et je hurle « Aïe, aïe, aïe » bien fort… On nous attend de pied ferme et alors que je pense qu’on va encore me dire que les contractions ne sont pas efficaces, tout se précipite à vitesse V ! On me met sur le ballon pour me soulager mais là je sens bébé qui descend encore et encore… Après 5 minutes de cris et des contractions à 5 minutes, on me dit que l’anesthésiste va arriver… On m’emmène directo en salle des naissances en fauteuil roulant, je sens que c’est la panique autour de moi et pressens que l’anesthésiste n’arrivera jamais… Je suis un peu médium parfois ^^ Impossible de m’asseoir sur la table car la tête d’Ashley est déjà bien engagée. Voilà donc la grosse gène que je ressens! J’essaye de me détendre, mais là je perds les eaux d’un seul coup! Tout est trempé mais je m’allonge enfin. Une bonne chose de faite !

Un col qui « cède » et seulement 18 minutes de travail

Comme j’ai eu un cerclage suivi d’une fibrose (col dur malgré le retrait de la bandelette) arrive ce qui doit arriver… En l’espace de trois minutes mon col « cède » passant de deux doigts larges à 10 doigts. On saute allègrement les étapes… Les deux sages-femmes se parlent doucement et j’entends: « C’est trop tard pour la péri. J’annule l’anesthésiste! ». Me voici face à ma plus grande crainte : accoucher sans péridurale ! Mon mari s’habille en urgence, passant bonnet et blouse bleue. Le voici de retour. La sage femme regarde entre mes jambes et m’annonce : » Je vois sa tête! On n’a plus le temps de vous soulager. Votre bébé sera là dans quelques minutes. A la prochaine contraction on bloque la respiration et on pousse! ». Quatre contractions, ça fait horriblement mal, huit poussées et de beaux hurlements pour moi (à Actor’s on apprend à lâcher prise en ne retenant aucun cri, aucun soupir, aucun bâillement alors j’ai l’habitude de me laisser aller devant les autres mais là quand même j’ai un peu honte de crier si fort ! Je suis une grande douillette!) et bébé Ashley sort d’un coup! Sans péridurale, je ressens tout : son petit corps qui sort du mien dans un flot d’eau chaude… On le pose sur moi. J’ai un peu peur de la rencontre. Il a les yeux fermés. Il pleure 5 bonnes minutes et ouvre un œil seulement. On le met directement au sein car je compte l’allaiter aussi longtemps que mon fils Noé (au sein pendant un an). C’est un joli bébé, Ashley. Il est tout rond, bien fini, très expressif. Pas une trace, pas un pli. Déjà un poupon. On se câline, on prend des photos et j’attends la délivrance qui se produit 5 minutes après, spontanément. Comme mon premier accouchement avait duré 20 heures et s’était conclu sur une hémorragie de la délivrance, on sait que j’ai des antécédents à ce niveau. Je suis « à risques »…

Un accouchement « béni »

Heureusement tout a été prévu. La sage-femme a promis de me tenir informée en temps réel de tout ce qu’elle voit. Pour me rassurer je serai vue ensuite par deux autres sages femmes et un interne qui se déplacera deux fois dans la soirée. Je reste en salle des naissance de 00:03, heure de naissance d’Ashley à 03:20 du matin histoire de parer à d’éventuelles complications. Je perds du sang mais normalement. Pas de révision utérine pour moi ce qui est un bon point. A 03:30 je suis dans ma chambre avec bébé et mon amour de mari qui a passé 6 mois à s’occuper de moi depuis le cerclage et qui est très présent. On lui permet de passer les 3 nuits suivantes avec moi ce qui m’ôte en grande partie mes angoisses. 18 minutes de travail et presque pas de fatigue. Un bébé qui fait presque ses nuits depuis le début. Un accouchement 100% naturel sans instruments. On ne peut rêver mieux. Mon premier accouchement avait tourné au drame et au baby blues! Celui-ci a été béni et serein! Je récupère très vite et une semaine après je me sens en forme. Ashley est un bébé calme et tranquille qui m’autorise bien des repos dans la journée. Malgré les difficultés des 6 mois d’alitement, cela valait vraiment le coup. J’ai mis 10 ans à affronter une nouvelle grossesse dont deux à tomber enceinte. C’est mon second et dernier bébé car j’ai 40 ans désormais et je suis heureuse d’avoir au moins connu un accouchement quasi parfait sur mes deux grossesses cerclées. J’ai été prise en charge dans une maternité moderne et neuve, par une équipe jeune et dynamique. J’ai eu droit à deux sages femmes, une infirmière et un interne pour moi toute seule. Les puéricultrices ont été à l’écoute et très sympathiques, tout l’inverse de mon premier accouchement. Beaucoup de progrès en 10 ans donc ! Une nouvelle vie de famille commence. Je vais freiner mes activités artistiques les prochains mois pour me consacrer à mes deux enfants et prendre le temps d’élever Ashley et profiter un maximum de son enfance. Les jours prochains seront marqués par le retour à la maison et l’aménagement de sa petite chambre. Je n’aurais jamais pensé, il y a quelques années, redevenir maman à 40 ans et je suis aujourd’hui comblée par cette nouvelle vie qui débute !

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  1. Coucou, je viens de trouver la suite de ton article sur les galères de grossesse ! Une seule chose à dire : Félicitations et welcome to Bébé ! :)

1 Trackback / Pingback

  1. Saint Valentin 2017 : Une wish liste pour une maison hygge et cosy

Les commentaires sont fermés.