5 bonnes raisons de cacher le prénom de son bébé jusqu’à sa naissance

Les gens sont casse-couilles par nature… Ce n’est pas un scoop ! Beaucoup de mes amies ont vécu un véritable calvaire auditif en dévoilant le prénom de leur futur enfant à leur entourage bien avant la naissance… Résultat : des mois d' »avis » et de « conseils » stupides dont elles se seraient bien passées… et beaucoup de frustration au final ! Aujourd’hui je vous dévoile les 5 bonnes raisons pour lesquelles vous ne devez jamais dévoiler le prénom de votre bébé avant sa naissance.

1.Donner de l’information à l’autre sur votre vie privée et sur vos intentions c’est lui offrir un pouvoir ! Et ça vous ne le souhaitez pas !

owl-947735_1920En dévoilant à tout le monde et à tout va le nom de votre futur rejeton, vous donnez à l’autre un bâton pour vous battre et ceci que vous choisissiez un prénom franchement original ou un prénom classique. Vous le savez, ce sont toujours ceux qui n’ont pas d’enfants et qui fantasment sur le fait d’en avoir un jour qui donnent leur opinion. Et c’est très agaçant surtout de venant de la part de personnes qui (pour la plupart) n’auront jamais plus  qu’un enfant imaginaire… C’est encore pire d’être conseillé par ceux qui ont donné des prénoms tout nazes à leurs enfants… Donc donner des informations privées aux autres c’est leur conférer un pouvoir : celui de vous dénigrer, de vous critiquer, de vous juger, de dire « J’aime » ou « Oh non je n’aime pas! » (l’air sainte Nitouche, les yeux en l’air) et cela, forcément, vous n’en voulez pas, au moins pour une raison : l’énervement donne des contractions !

2. Donner le prénom de son enfant c’est peut-être aussi se le faire voler !

C’est exactement ce qui est arrivé à mes parents : ma cousine se prénomme Céline, comme moi ! Il faut dire que cette année-là Hugues Aufray chantait « Dis-moi Céline », l’histoire fascinante d’une vieille fille ayant sacrifié sa vie sexuelle pour élever ses frères et sœurs. Soeur-courage, c’est bien beau mais la connotation « sacrifiée » me déplait un tantinet… Et ne colle pas trop à mon caractère de feu ! Le point d’orgue de ce chef-d’œuvre restant tout de même  : « Tu aurais pu rendre un homme heureux ! » Quoi, pardon ? Vous avez dit UN homme ? Pas très ambitieuse la nana… Bref, revenons à nos moutons, petites, en vacances en Dordogne ou ailleurs, en famille, on était toujours deux à débouler dès qu’on entendait : « Céline, tu viens ? » Chiant. Point barre.

sheep-2292802_1920

3. Dévoiler le prénom de son enfant à l’autre si c’est trop original c’est s’exposer à des réflexions peu flatteuses…

A 5 mois de grossesse alors que nous n’avions trouvé aucun prénom, nous avions songé à « Angus » (comme Angus Stone) et à « Ange ». Ce sont les seuls prénoms que nous avons évoqué puisqu’un collègue de travail de mon mari a tout de suite fait remarquer : « Ah, Ange ? Vous êtes corses, vous ? » Bah non justement on l’est pas, c’est ça qui change non ? Et quand on a prononcé le prénom irlandais « Angus » (fort commun aussi au Royaume Uni et aux US) ma belle-mère, fana de bonne bouffe, s’est exclamée : « Oh! Angus ! Comme un bon gros steack de boeuf ! » On ne se refait pas ! No comment !!! Du coup mon mari et moi avons décidé de nous taire jusqu’à l’accouchement où nous avons dévoilé le prénom choisi pour notre petit garçon : Ashley comme l’amoureux de Scarlett dans Autant en Emporte le Vent de Margarett Mitchell dont je suis fan. Notez quand même que son père est arrivé à nous dire au téléphone : « Euh non, vous vous trompez, ce livre n’est pas de Margaret Mitchell, vous confondez avec les Hauts du Hurlevent » Ah bon, bah révise tes classiques plutôt que de parler pour ne rien dire parce que les Hauts du Hurlevent tout le monde sait que c’est l’unique roman d’Emilie Brontë. Excuse-moi d’être (un peu) auteur depuis 24 ans… No comment ! Vous voyez lorsque vous donnez des infos aux autres, ils trouvent toujours une grosse connerie une réflexion (souvent peu pertinente) à faire !

4. Dévoiler le prénom de son enfant à l’autre si c’est très classique c’est se faire taxer de bo-bos…

« Quoi ? Tu veux prénommer ta fille Colombe ? Mais tu sors du Couvent des Oiseaux ? Comme Chantal Goya ? » Surtout vrai de la part de ceux qui ont nommé leurs rejetons Cheyenne, Shakira ou Princesse-Beyoncé…

5. Dévoiler le prénom de son enfant à l’autre avant sa naissance c’est enfin permettre une intrusion dans le couple « intime »

Parce qu’un enfant se fera toujours à l’aide d’un sexe masculin (celui de votre mari normalement) et d’une foufoune « féminine » (je précise par les temps qui courent…), dévoiler le prénom de votre enfant aux autres avant sa naissance c’est un peu ouvrir le lit conjugal à votre beau-père, votre belle-mère, vos beaux-frères, vos belles-sœurs (beurk!) et à tous ceux qui se croient très intéressants et qui pensent que leur avis compte… Bref, c’est les bercer dans l’illusion d’un pouvoir ou d’un contrôle sur vous qu’ils n’ont pas et qu’ils n’auront jamais. C’est vraiment ce que vous souhaitez ? En dévoilant le prénom de votre enfant aux autres avant la naissance vous faites croire à Madame Patate qu’elle est Wonder Woman et ça c’est pas très gentil parce que Madame Patate n’entre pas dans le costume de Lynda Carter !! 😉

Garder secret le prénom de son enfant jusqu’à la naissance c’est donner un cadre à sa décision (« Non désolée, c’est secret. Il y  des choses qu’on garde pour nous vous voyez! »), manifester sa fermeté face aux intrusions des autres et enfin s’assurer beaucoup beaucoup de sérénité pendant la grossesse. C’est aussi mettre les autres au pied du mur, ce qui parfois peut s’avérer très formateur pour eux ! (« Les autres ont une vie dans laquelle je ne peux pas toujours interférer »)

A méditer !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !