Billy, licornes et rock’n’roll : ça c’était avant !

celine-lacrimosa
A 20 ans, en 1995, avec ma souris Lacrimosa.

Le point : Starbuck me manque !

Après quelques années de tranquillité voilà qu’on va probablement vendre notre petite maison de village et déménager pour du plus grand, dans une plus grande ville, on pense à Vichy qui a des jolies maison dans un style Art nouveau, les unes à côté des autres comme à Uccle ou à Londres. C’est la faute à des séries comme Girls… New York me manque autant que mes petites habitudes parisiennes : les longs articles rédigés pour le boulot mais dans des Coffee shop stylés (ou au Starbuck du coin), les reportages imposés mais qui finissent (grâce à une attachée de presse branchée) à ressembler à des petites vacances smart ou à de passionnants micro-voyages…

Et voilà que je repense au passé…

Bref, je raconte ma vie… En rangeant la chambre et en triant les cartons depuis la naissance de bébé, je suis retombée sur des cahiers, mes premiers manuscrits et articles, et quelques « bonnes » photos… Les pompes Sorcières, les dentelles noires, le shopping au Black Rose (London), les virées entre potes à Camden (et à Paris :Les Caves Lechapelais, les concerts de Robert Smith, Le Club Dunois et les soirées goths…), ma passion des licornes, des elfes (en pots de confiture), des trolls (importés de Suède), Billy Idol (l’amoureux de mes 6 ans !), les tattoos chez Tin-Tin et tout le tintouin… C’était chouette, c’était la belle vie, la Dolce Vita mais ça, c’était avant…

C’était avant un mariage éclair ( chiant comme la pluie sur Primrose Hill au mois de juin ou comme une tempête à Parga le dernier jour des vacances…) qui n’aura duré qu’un an (c’est long un an, si, si je vous assure!), un re-casage express sans beaucoup de réflexion, mon premier bébé à 30 ans (le joli et potelé Noé qui maintenant est tout en longueur, fin Bambi aux yeux noirs en amande), la rencontre avec l’Homme de ma vie (enfin!), mon premier album studio (Victoire!) et… mon second bébé, le Sage Ashley (6 semaines au compteur), 10 ans après Noé. J’aime ma petite vie de famille, moi qui pensais terminer seule et bohème à Brooklyn !

40 ans, l’âge de raison ? On peut espérer.

1929722_10276228649_4626_n
En vadrouille « traveller » en Grèce, deux jours après mon divorce. Viva la libertad ! Eleftheri eimai !

C’est maintenant !

Depuis mes 20 ans, beaucoup de choses ont changé :

-Je ne craque plus sur les robes gothiques à bustiers très serrés (ça ne le faisait pas dans les conférences de presse!)

-Londres ce n’est plus qu’une fois par an, parce que tous les week-ends c’était un peu surfait… (On y croit, on y croit!)

-Je ne me lance plus dans des Formations à tire-larigot (parce que j’ai fait : archéologie-publicité-photographie-management-puériculture-infographie-théologie-journalisme, Moi, Madame!!!) car je trouve que la vie devient courte et passe aussi vite que le TGV Paris-Marseille.

1928749_46576353649_4499_n
A 30 ans, avec mon aîné, Noé

-Je ne mange plus ni à Mac Do, ni au Kebbab du coin, ni au Falafel de la rue des rosiers, ni au Marché des Enfants Rouges. Ces merveilles ont été remplacées depuis 7 ans par les barres Gerlinéa et les jus de tomate bio (« Tu peux pas tout avoir! Si tu veux faire bisquer les autres filles à la plage l’été, il faut choisir ce qui te fait kiffer : le maillot de bain 36 ou le Burger bien gras…)

-Je me sépare de mes fringues ! Même je les donne pour entretenir l’Abondance dans ma vie !

-Mes amis ne s’appellent plus : Paolo le schizo, Balam le goth, Squizie Lou, Jazz etc. Très sobrement remplacés par des Pierre, Paul, Jacques (j’exagère le trait mais c’est presque ça quand même !)

-Les meilleurs d’entre nous sont partis parfois (RIP)

-La famille a disparu peu à peu (les grands-oncles, la grand-mère, et des beaucoup plus jeunes ce qui me mine les jours de grisaille et de baby blues…)

-J’ai cessé de me teindre les cheveux depuis 4 ans pour revenir à ma tignasse naturelle. Adieu années 90 et Casting de L’Oréal…

-Je n’ai même plus de nostalgie quand je passe devant mon lycée (la faute à Facebook et à tous ces cons qui sont toujours là, en quelque sorte)

-Perso, depuis que je suis une maman comblée, j’ai cessé de rêver de voir Billy Idol en concert à Memphis parce que là, franchement, je n’ai pas les thunes… Même je crois que je ne les aurai plus jamais pour ce genre de futilité (Adieu bel amoureux!)

-Avant j’étais complexe et j’étudiais plein de choses. Maintenant je fais dans la simplicité (en même temps quand t’as failli y passer dans une hémorragie de la délivrance, tu vois la vie autrement et tu te mets à kiffer la petite pâquerette qui pousse entre deux briques quelque part dans une rue sombre et un peu crado de ton bled paumé)

-Avant j’avais un look très très sophistiqué et je voulais faire « Dadame ». Maintenant plus je ressemble à moi à 15 ans (les cheveux longs en friche, le no make up et les converses used) mieux je me sens

naissance2
Avec mon bébé Ashley (20 minutes) et mon mari, en salle de naissance, à 40 ans, le 13 février 2016.

-J’ai changé ma vision du couple : avant c’était « Tout pour moi! » maintenant j’arrive plus facilement à intégrer que le Mâle possède (parfois) une âme, un cœur (un peu grâce à mes fils : « Bah ça alors, tous les hommes ont été de mignons bébés! »)

-Je n’ai plus vraiment de Dieu mais je vois la divinité en certains (et dans chaque bébé notamment!)

-Je sais que je ne chevaucherai plus jamais de licorne même après une soirée bien arrosée. Bye bye licornes !

-J’ai cessé de vouloir remettre les Cons à leur place. Aussi intellos fussent-elles, mes joutes verbales sont fatiguées… Je cherche maintenant plus aisément à profiter d’eux (« Ah tiens, Machin vient encore squatter à la maison. Super, j’ai une grosse vaisselle à lui faire faire justement! Ah bon, finalement il veut plus venir ? … ^^ Dommage!)

-J’ai appris à dire Merci dans toutes les postures et positions. Surtout quand on me fait de bons gros cadeaux car j’ai remarqué qu’un remerciement agrémenté d’un peu de (fausse) soumission apporte plus de cadeaux encore…

To summarise…

Bref, il y a 20 ans j’avais la jeunesse, la liberté, les amis déjantés, le voyage facile, la rupture instantanée, la verve inégalée, la répartie constante et le look qui tue… Aujourd’hui j’ai la maturité (certains jours seulement mais c’est un début), la routine (parfois moins fatigante), l’Absence de certains (possibilité d’idéaliser enfin!), la relation solide (vite la Légion d’honneur!), le dialogue intérieur (je suis toujours d’accord avec moi-même, c’est là tout l’avantage!), la répartie en berne (Tais toi Céline! Ne dis rien!) et le look que j’avais avant tout ce chaotique parcours… Les époques sont incomparables mais le principal c’est que la vie soit toujours belle (et toujours un tantinet Rock’n’roll) non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !