La Vogue en Pluies …

Des cascades à 1000 mètres de chez nous…

Presque 6 ans déjà que nous habitons en Champagne-Ardenne. Et entre notre travail, les travaux de la maison, la vie scolaire du grand, notre mariage, nos projets et l’arrivée du petit, nous n’avons toujours pas eu le temps de « vraiment » visiter les environs.Dommage car tout près de chez nous, à la sortie du village, plus en contrebas, il y a les cascades de La Vogue.

Fermer la porte

Nous avons, par contre, voyagé bien plus loin, toujours dans des lieux où la beauté « naturelle » prend le dessus sur la civilisation : les Gorges de l’Ardèche, la Dordogne en canoé, les Gorges du Verdon, le lac de Gendarmer, les vastes étendues ensablées des Saintes-Maries-de-la-Mer, le canyon de Beaune et son petit grand Bout du Monde (si, si il y en a…), ses cascades en fond de clairière, les chutes du Rhin, le Lac Constance, les voies anciennes de Uccle en Belgique et j’en passe… Parfois quand il y a trop à faire à la maison, mieux vaut fermer la porte et s’en aller au loin… pour un petit temps…

Des cascades, un ranch et Scoubidou

Lors de notre emménagement ici mon mari était pris par les travaux titanesques et je terminai l’écriture de mon livre « Restaurez votre Créativité ». C’est pourquoi nous avons bien mis six mois à réaliser qu’il y avait des cascades près de chez nous et même un vrai Ranch comme aux USA avec des tipis et le van de Scoubidou. Tout ça à un peu moins de 1000 mètres. On y va à pied, forcément.

IMG_20170305_110417

S’asseoir près de l’eau

Nous avions aperçu le lieu plusieurs fois, en passant, avant de nous y arrêter. Puis nous sommes venus régulièrement aux cascades, avant la naissance d’Ashley, avec Noé qui adore jouer « aux petits bateaux » entre les verts et mousseux rochers. S’asseoir sur un rocher, lire, penser, cogiter, fermer les yeux cinq minutes et repartir par les bois. Une fois ou deux, munis de grands sacs poubelles, nous avons ramassé tout ce qui souillait « nos » cascades : bouteilles plastiques, vieux pneus, couches culottes de bébé, restes de pique nique…

Ceux qui marquent leur territoire

Plusieurs fois, j’ai posté sur mon compte facebook (celui que j’ai supprimé il y a 2 semaines par besoin de déconnexion et de me pencher sur ma nouvelle activité et sur une vie beaucoup plus réelle, moins encombrée de gens qui jugent, qui observent, qui commentent ou qui, à l’inverse, se désintéressent de l’authentique au profit du superficiel et du léger) des messages visant à alerter les promeneurs qui se rendent aux cascades. On m’a félicitée : « Bravo pour votre initiative Céline Seventies ». Mais finalement rien n’a changé, ou presque. L’homme est toujours aussi cracra… Il ne peut s’empêcher de marquer son territoire et quand ce n’est pas avec du béton et des panneaux peu harmonieux, c’est avec des détritus. What else ?

Un petit miracle

Nous sommes aussi allés aux cascades un jour de canicule dans la maison : près des roches c’est 2 à 3 ° de moins et de l’ombre assurée en été. Aujourd’hui, il pleuvait tout comme hier et avant-hier et à défaut d’aller photographier les falaises de Grauves et du Cuis comme je le souhaitais (trop loin par ce temps), nous avons retrouvé pour un petit temps de méditation, ce petit paradis naturel trop souvent méprisé et maltraité par nos congénères. Pour une fois nous n’avons pas eu besoin de sortir les sacs poubelles. Un petit miracle en soi…

IMG_20170305_110423

First rain

C’était la première vraie sortie de bébé sous la pluie. Il était bien couvert, comme nous. C’est plein d’émerveillement qu’il a regardé les gouttes tomber du ciel, un grand sourire au lèvres, le nez plissé. Ce bébé là sourit avec tout son visage, sa bouche mais aussi ses joues, son nez et ses yeux. Et c’est aux plis irradiant sur son visage qu’on mesure la qualité et l’ampleur de sa félicité… Devant La Vogue en Pluie, bébé était tout plissé, ce qui est bon signe !

La tête dans la rumeur de l’eau

Bien-sûr il aurait voulu toucher la mousse et l’eau mais comme il commençait à pleuvoir davantage nous avons remis ça à plus tard. J’ai quand même eu le temps d’écouter la pluie et la rumeur de l’eau et des bois, 3 ou 4 minutes, petit temps de méditation nécessaire au démarrage d’une semaine toute neuve. Photos.

IMG_20170305_110413

IMG_20170305_110343(1)

IMG_20170305_110444

IMG_20170305_110514

IMG_20170305_110849

IMG_20170305_110915

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Laisser un commentaire