Mon chez-moi à Mishawaka

Si on s’en réfère au folklore local et à une statue toute proche du centre, la ville de Mishawaka a été nommée ainsi en hommage à la très jolie fille d’un chef Shawnee du coin. « Loup Gris », le chef du peuple Potawatomi voulut épouser Mishawaka qui refusa. Le refus de la belle entraina une guerre sans répit entre les indiens Shawnee et les indiens Potawatomi… En fait, il est plus que probable que les romantiques du 19eme siècle aient tourné l’histoire à leur sauce car le fait n’a rien d’historique…

Je ne suis pas née à Mishawaka. J’ai vécu pas loin. Mes plus vieux souvenirs concernant cette ville remontent au magasin-imprimerie où on achetait, plus jeunes, des tee-shirts sur mesure. A 16 ans, j’ai eu un accident de voiture. J’ai du me débrouiller pour faire réparer mon auto et c’est dans cette ville que je suis venue. A 17 ans, lorsqu’il a fallut m’ôter une dent de sagesse qui me faisait souffrir, c’est encore là, à Mishawaka, que je me suis rendue…

Quand j’étais au lycée, la mère d’une de mes meilleures amies tenait un petit salon de thé dans la galerie de l’antiquaire local. J’ai de bons souvenirs ici de moi en quête de vieux objets de caractère, faisant une pause entre deux shoppings, avec ses petits sandwiches et ses sodas italiens. Le magasin d’antiquités n’existe plus désormais…

Au début de la vingtaine, mon fiancé me fit découvrir Battell Park. J’étais fascinée par la beauté du jardin de roches. Il avait été construit là pendant la Grande dépression par la Works Progress Administration. Ce travail avait été réalisé uniquement pour occuper les centaines de personnes sans emploi que comptait la ville et pour créer un peu de productivité locale. Avec les pierres locales et du mortier, ils avaient bâti une maison miniature qui cachait la pompe qui redistribuait l’eau dans un bassin bleu-vert, sous un petit pont, en la faisant retomber en cascade au dessus des rochers, avant de rejoindre la rivière Saint Joseph coulant non loin.

B_W_Willow(1)

B_W_Rock_Garden2(1)

Je suis tout de suite tombée amoureuse de Battell Park. Mon fiancé et moi sommes devenus ensuite mari et femme un matin brûlant de juillet 2002, juste là. Notre mariage se tenait près des roches et les invités étaient disposés en ligne en bas des escaliers du lieu. Tous lancèrent dans la rivière des galets sur lesquels étaient écrits tous leurs voeux de bonheur.

En mars de la même année, nous avons pu acquérir une maison historique mais très fatiguée dans Mishawaka, à moins d’un mile du fameux parc… Notre maison a été construite en 1913. Elle a longtemps été la maison d’habitation de la pépinière (« ferme à fleurs » comme nous les appelons) d’à côté qui fournissait les fleuristes de la ville. Les serres et les fleurs n’étaient plus là hélas mais nous avions, au début, un fleuriste comme voisin. Il a fermé maintenant…

Nos promenades quotidiennes nous ont menés maintes fois au jardin des roches, à chaque fois que le temps le permettait. Mishawaka a toujours été superbe au printemps et en été mais aussi en automne et parfois même en hiver. Aucun amoncellement de neige n’est jamais arrivé à cacher entièrement le monument que les résidents de l’Indiana, tués pendant la guerre civile, avaient construit. Il est resté cruellement beau, ceci même à la fin de l’hiver.

Je ne suis pas née à Mishawaka mais maintenant j’en fais partie.

 

Erin O’Riordan a 39 ans. Elle est de l’Indiana aux Etats-Unis. C’est une rédactrice free-lance fan de kayak et d’arts plastiques.

Rendez-vous sur Hellocoton !