Beauté et jeunesse : les conserver le plus longtemps possible, un état d’esprit!

On ne le dira jamais assez, ce n’est pas tout d’être jeune et belle à 20 ou 30 ans (ou de le paraître d’extérieur car hélas un joli visage ne témoigne pas toujours de l’état de nos organes…) Les excès en tout genre traquent quotidiennement votre Capital Jeunesse parfois même sans que vous en vous en rendiez compte.

Je suis parfois effarée quand je retrouve des amies de lycée, alors si jolies et parmi les plus belles, aujourd’hui devenues méconnaissables. Anxiété, stress, excès, trop plein ou manque d’ambition, rancœur, jalousie, manque d’accomplissement personnel parfois ou simplement sentiment d’avancer dans la vie sans but, ni « appel ». Ajoutez à cela des régimes alimentaires farfelus et des emplois du temps à se pendre…Et hop à 40 ans la coupe est pleine ! Depuis mes 30 ans, il y a 8 ans donc, j’ai adopté un mode de vie plus sain et même si mes finances en ont un peu souffert (quand on se ménage et qu’on travaille moins on gagne moins, forcément !) j’espère bien tirer parti de mon programme « anti-vieillesse » dans quelques décennies. Car oui, la santé et la beauté sont un investissement qui s’effectue sur le long terme et les excès reviennent à tout claquer en une nuit au casino… Explications.

Revenir à son « appel » premier

Avant la naissance de mon fils, c’était métro-boulot-dodo. Je me tapais presque deux heures de métro aller pour me rendre sur mon lieu de travail où l’épanouissement (je bossais en hôpital) était vraiment limité pour moi qui avais évolué jusque là dans une sphère totalement artistique. Au bout de quelques années de cette vie, à à peine 30 ans donc, je me sentais démoralisée, usée, fatiguée. Certes j’écrivais mes livres le soir à la maison, mais j’avais bien conscience de ne pas suivre mon appel. Je bougeais peu sur mon lieu de travail, je me trouvais en surpoids avec pas mal de soucis de santé (qui ont totalement disparu depuis !). Heureusement j’ai repris les choses en main en décidant de faire à plein-temps ce pour quoi j’ai toujours été faite à savoir écrire des livres et des chansons (je suis auteur-compositeur-réalisateur Sacem), chanter et danser bien-sûr ! Immédiatement un poids m’a été ôté des épaules, poids par rapport auquel les petits tracas financiers dus à ma nouvelle situation étaient vraiment epsilon ! Parc que, selon moi, c’est bien beau d’avoir l’argent mais si on n’ a ni la santé, ni la beauté… Heureusement j’ai appris depuis que les deux étaient compatibles ! Dans mon métier, je rencontre parfois des filles de 25 ans qui sont déjà totalement « usées » par la vie : surpoids, peau terne, cheveux qui tombent etc. Enlevez le maquillage et l’éclairage et c’est la catastrophe. Tout cela m’a fait comprendre à quel point la vie d’artiste ne pouvait aller sans la santé et la modération en tout !

Avoir un planning pro-jeunesse

Aujourd’hui, j’ai établi ce que je nomme mon « planning pro-jeunesse » (tellement plus joli à prononcer qu’anti-vieillesse…)

COTE PHYSIQUE

En plus de mon entrainement lié à la pratique du chant (renforcement de la sangle abdominale, respiration profonde  et travail du diaphragme), j’effectue 20 minutes par jour de musculation douce mais ciblée. Je commence par les bras puis je passe à la taille, aux jambes, aux abdos et aux fessiers. Je termine par un gainage. Je fais cela TOUS LES JOURS sauf si je suis malade (rhume ou autre).

Comme j’écris sur la danse et ses techniques et que je chorégraphie pour certaines associations il va sans dire que je me dois de conserver une bonne pratique de la danse. J’ai à mon actif une vingtaine de chorégraphies et je travaille toutes celles qui sont des solos au moins une heure par jour. Cela m’assure un certain bien-être et une bonne dépense calorique.

Les jours où je suis fatiguée et où je ne danse pas, je fais un peu de stretching.

Je marche au moins 4 km par jour à bonne allure.

Le dimanche j’entraine mon mari dans une ballade plus tonique encore et j’emploie des bâtons de marche nordique. Lui avance à vélo et moi je le suis. Comme nous vivons à la campagne nous avons de nombreux chemins de rando à proximité.

D’après Jane Fonda, il faut avoir une vie sexuelle très active. Il ne s’agit pas juste de faire des câlins mais aussi de doper son corps par l’orgasme ! Une étude américaine récente a prouvé que 200 orgasmes par an permettraient à la femme de rajeunir de 6 ans ! L’orgasme entraine une production de DHEA naturelle, la DHEA permet d’être en forme et d’avoir une peau ferme et tonique.  Cela explique, quelque part, pourquoi certaines qui n’ont pas de vie sexuelle (les « mal baisées », excusez l’expression) ont l’air si aigries et si peu épanouies…

COTE NOURRITURE

Nous sommes ce que nous mangeons et c’est aussi à nous de contrôler ce qui entre dans notre organisme. Lorsqu’on ne sait pas le faire, nous devenons esclaves de nous-même ! En fait la règle de base pour une vie saine c’est que l’esprit doit contrôler le corps et non l’inverse ! Un célèbre médecin que j’ai pu rencontrer en dédicace m’a expliqué comment chaque kilo vraiment éliminé (je ne parle pas de kilos yoyo) aide à récupérer une année de vie ! Il m’a également expliqué qu’il valait mieux « avoir faim » que d’avoir trop mangé et qu’il fallait systématiquement couper son assiette en deux au restaurant (ne manger que la moitié donc), boire et attendre 20 minutes avant de décider si on prenait ou non un dessert.

Personnellement je vise la minceur mais certainement pas par des régimes mais au quotidien. C’est un peu devenu une habitude. Quand on connait les aliments qui font grossir on les élimine tout simplement !

Je consomme surtout des fruits et légumes, en quantités raisonnables. Ne pas en manger à outrance sous prétexte que c’est bon pour la santé…

Je mange de la viande rouge une fois par semaine c’est tout. J’applique le reste du temps un régime végétarien.

Ne supportant pas le lait de vache, quand je dois manger des laitages je choisis de la feta ou un verre de lait de brebis.

Je mange un carré de chocolat noir par jour.

Dans la semaine il y a deux jours où je m’accorde un verre de vin rouge, très bon pour les nutriments qu’il contient.

Je bois beaucoup d’eau dans la journée, environ un litre. Je choisis une eau circulante de type Contrex.

Je mange des légumes verts et rouges (brocolis, betteraves, poivrons…)

Je mange une boite de foie de morue par semaine (bon pour les yeux !)

J’évite le pain ou alors je consomme un peu de pain complet.

Bien-sûr pas de cigarettes et pas d’alcool (hormis le petit verre de vin rouge, au fait c’est un demi-verre par un mega mug !)

COTE CHEVEUX

J’ai fait en sorte il y a deux ans maintenant de revenir à ma couleur naturelle pour me passer de produits chimiques. Je suis devenue allergique aux couleurs à force d’en faire quand j’étais jeune. C’est une allergie très embêtante car elle peut provoquer des œdèmes donc la mort par étouffement ! Pour l’instant j’ai récupéré mon châtain naturel qui a tendance à s’éclaircir aux pointes. Je ne lutte plus contre ce phénomène de pointes plus claires maintenant que je sais que certaines payent pour l’obtenir (elles appellent ça le ombré-hair).  Remarquez que les mannequins nouvelle génération ont souvent les cheveux longs et naturels. Ce n’est donc pas une catastrophe pour moi de ne plus faire de couleurs.

Je lave mes cheveux assez peu : deux fois par semaine maximum et je les laisse sécher naturellement, les brushings les bousillant au fil du temps.

Je prends de la levure de bière pour faciliter leur  pousse et conserver leur résistance.

COTE COSMETO

Je ne me maquille totalement que lorsque je sors. Vu que la plupart de mon temps je révise mes chansons à la maison ou que j’écris mes livres dans mon bureau, je vois peu de monde…

Par contre j’applique tous les jours une crème anti-rides suivie d’un écran total et je porte de grosses lunettes de soleil toute l’année quand je sors. On sait que la lumière est responsable du vieillissement de la peau même s’il en faut bien-sûr ! Le soir je bois pas mal et je sur-hydrate ma peau pour que mon organisme ait moins à travailler la nuit pour hydrater naturellement l’épiderme.

COTE REPOS

J’ai appris à faire taire mon discours intérieur en pratiquant la pensée positive et la méditation. Vous pouvez écouter cette émission de radio où je témoigne à ce sujet!

Je me couche à heure fixe, je me lève à heure fixe.

Lorsque je peine sur un projet (terminer une composition musicale, terminer un livre ou un article pour un magazine), je lâche-prise et je m’accorde une journée de repos où je m’aère et fais tout ce qui me plait.

Je passe au moins un week-end par mois en bord de mer et j’en profite pour manger des fruits de mer frais. L’iode me fait du bien, m’inspire et quand je reviens je suis plus créative que jamais !

Un week end par mois: hop à la mer !
Un week end par mois: hop à la mer !

COTE MENTAL

Il est nécessaire de posséder au moins une passion (en dehors du travail !) dans laquelle on se sente accompli ! C’est un facteur de jeunesse important.

Il est nécessaire de se fixer une journée de non-jugement de l’autre pendant laquelle on se force à ne pas juger ni critiquer autrui. Cela fait des vacances à tout le monde !

Il faut posséder un emploi du temps sans être trop rigide sur son application. Pour exemple le matin je me lève à 7h00, je vaque aux choses courantes (petit-déjeuner, préparer mon fils pour l’école etc.) puis de 9h00 à 10h00 je révise mes chansons, de 10h00 à 10h30 je fais ma musculation, de 10h30 à 11h30 je danse, ensuite je prépare le repas. Mon après-midi est consacré la plupart du temps à l’écriture et à la communication autour de mon travail artistique (mes dernières chansons, mes derniers livres, le contact à mes éditeurs etc.)

Il faut aussi connaître ses sources de plaisir (ex : cela me fait plaisir de passer du temps à discuter avec mon mari autour d’un café près du feu l’hiver ou encore cela me fait plaisir de m’offrir une nouvelle plante pour la maison de temps en temps ou encore cela me fait plaisir de me faire un hammam etc.)

Quand je n'arrive pas à terminer un livre, une chanson ou un article je me dirige vers une source de plaisir connue: je lâche prise, exemple je prends un long thé au bord de l'eau en hiver...
Quand je n’arrive pas à terminer un livre, une chanson ou un article je me dirige vers une source de plaisir connue: je lâche prise, exemple je prends un long thé au bord de l’eau en hiver…

Il faut connaitre au moins ses objectifs à court terme pour éviter d’avancer dans le flou (ex : je sais que mon album doit être terminé pour le mois d’avril même s’il ne sortira qu’en juin, que je dois organiser son lancement aux USA dès le mois de janvier… Je sais que j’ai une dead-line au 20 décembre concernant la sortie de mon troisième kindle sur amazon… ) Quand on connait ses objectifs à court terme on avance sans affolement mais en mettant en marche simplement son pouvoir de décision et d’action, c’est plus reposant, moins de stress va naitre de la situation. Moins de stress c’est plus de santé !

Il faut cesser de penser que l’argent est un problème en soi. L’argent devient vraiment un souci lorsqu’on est malade, en mauvaise santé et qu’on n’ a pas de quoi se soigner correctement !

Il faut absolument apprendre à se distancier de l’avis des autres. Je dirais même qu’il faut s’y attendre et s’en contre-ficher avant qu’il n’intervienne. Par exemple je sais qu’à la lecture de cet article certaines qui ont choisi de travailler dur (et qui ont l’impression que chanter, écrire, danser n’est pas un métier mais un loisir) diront : « Eh bien dis-donc, elle ne s’embête pas trop dans la vie celle-là ! Et en plus elle nous donne des conseils ! » … L’avis des autres est quelque chose qu’il faut surpasser, sans cesse. Et cela est particulièrement vrai dans le milieu artistique. A chaque fois que je me rends en dédicace sur un salon du livre et que je discute avec les autres auteurs, savez-vous ce que j’entends ? « Vous faites du développement personnel ! Eh bien bon courage, ça ne se vend pas, ce qui se vend actuellement c’est le polar ! » Vous croyez que je leur réponds : « Eh bien  justement j’en ai écrit un qui se vend très bien aussi ! » ? Non, parce que ce que je me fiche qu’ils le sachent et que la vérité est que je me fiche aussi de » ce qui se dit ». Je m’en tiens à la réalité des choses et au nombre de ventes de chacun de mes ouvrages pour me faire une idée sur ce qui fonctionne ou pas. D’autant plus que si un livre se vend peu mais qu’il aide réellement la personne qui l’achète pour moi justement « ça marche » puisque mon but est atteint !

Il est donc important d’avoir sa propre ligne de conduite et de s’y tenir. On ne peut changer de ligne de conduite à chaque réflexion et à chaque fois qu’on rencontre une nouvelle personne ! Personnellement ceux qui n’aiment pas ma ligne de conduite ou mon mode de vie sont libres d’aller voir ailleurs. En général, ne vous encombrez pas des gens qui vous stressent ou vous insupportent !

Il faut aussi s’accorder le droit d’être triste ou pas quand un proche nous quitte ou de se laisser impacter ou pas par une mauvaise nouvelle. Dans ma vie d’artiste et surtout d’écrivain si je me laisse impactée par les mauvaises nouvelles autour de moi je n’écris plus et donc je pers mon « appel » et m’éloigne de ma vocation. Je n’ai pas le temps de me laisser impactée par le malheur de l’autre, je refuse que mon affectif soit heurté. J’ai connu une centenaire qui disait : « Pour vivre bien et longtemps, je ne me suis jamais laissée émouvoir par le malheur, sinon je ne serai plus là comme la plupart de mes amies ! »

Il faut connaitre ses devoirs et responsabilités envers sa famille, ses enfants bien-sûr. Mais aussi ses responsabilités envers sa vocation et son appel. Comme je le disais le propre de l’écrivain c’est d’écrire. Si je me démotive et que je ne le fais plus j’ai de quoi culpabiliser et me ronger les sangs ce qui est mauvais.

Entre deux choix il faut choisir le moins « usant » pour votre santé et votre beauté donc. Entre un job à 6000 € qui va me laisser sur les rotules à 50 ans et un job à 1000 € qui m’épanouit (ou pour danser, chanter etc.) je choisirai le second. Mon but étant davantage d’avoir un corps en pleine forme que de gagner beaucoup de ronds. Même si à certaines périodes les deux ne sont pas incompatibles !

COTE VIE QUOTIDIENNE

Je recommande de se faciliter la vie dès que l’on se sent fatiguée. Chez moi les jours où je termine un livre, nous mangeons des sandwiches (parfaitement équilibrés je vous rassure) le midi. Je suis arrivée à faire passer cette idée à ma famille : « Si je ne termine pas mon livre, nous aurons d’autres soucis que de ne pas manger un plat chaud aujourd’hui, ne croyez-vous pas ? »

Il faut aussi ne pas viser la perfection quotidienne, c’est usant et cela ne sert à rien, sinon à gonfler votre ego mais il y a d’autres manière plus gratifiante de le valoriser que de devenir une as du ménage ou de la quiche lorraine.

Pendant longtemps lorsque j’étais malade, je faisais face, vaquant comme si de rien était à mes occupations. Je pensais que cela relevait de la pensée positive. Aujourd’hui je préfère me mettre au lit et profiter du statut privilégié de « malade » pour quelques heures ou jours. J’en profite pour méditer et au moins ma santé n’en prend pas un coup.

Ce sont toutes ces petites choses empreintes de facilité, de lâcher-prise mais aussi de volonté qui font la différence entre une  » nenette » déjà usée à la trentaine  et une femme mature en pleine forme à 70 ans comme Jane Fonda… Le Capital Jeunesse demande à être gérer au quotidien, c’est une réalité….

Pour aller plus loin :
Restaurez Votre Creativite, Accomplissez-Vous Dans Vos Dons au Quotidien !

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  1. ccou excellent jai trop aimé a lire moi au si je fai un bon entretien en musculation deplui 20 ans merci celine pour tout c’est conseil

2 Trackbacks / Pingbacks

  1. Shoeaholic – Elven pink shoe – Sketch
  2. La table Gabor de Presto Mobilia | Le magazine féminin de la santé, du beau & du bien-être

Laissez un commentaire