Enceinte : Ce que je ne supporte plus d’entendre …

enceinte

La grossesse a toujours été pour moi une période difficile à vivre. Souffrant d’une béance congénitale (mais certains vous diront probablement le contraire : « Mais non, elle n’a pas de béance, juste quand elle est enceinte son col s’ouvre un peu et un peu trop tôt… » mais oui, mais oui et la marmotte, elle met le chocolat dans le paquet…), j’ai eu deux grossesses (une il y a 10 ans et une actuellement) cerclée et alitée… La première a été particulièrement traumatisante, suivie par une gynéco nulle au début qui ne s’inquiétait pas de la descente de la poche des eaux dans le vagin à … 4 mois de grossesse… No comment. Heureusement j’ai été prise en charge par un Doc sérieux aux urgences qui m’a fait un cerclage à chaud (certains vous diront qu’un cerclage ne sert à rien, mais bien-sûr…) après avoir réinséré la poche dans l’utérus. J’ai passé 2 semaines à l’hosto dans un service pas gai avant de rentrer chez moi avec une Epée de Damoclès eu dessus de la tête : « La poche peut rompre à tout moment dans les escaliers… ». J’ai passé 4 mois au lit (alitement strict : même pas le droit d’aller faire pipi ni de prendre une douche, tout au lit, super !) et mon fils est né 6 jours après le décerclage (et avant une hémorragie de la délivrance que j’ai vécu comme une blessure de guerre et une expérience de mort imminente à la fois que j’ai mis 9 ans à oublier et à digérer)… Je vous passe les détails de mon gros gros babyblues de six mois, oscillant entre les rires et larmes, entre l’espoir de réussite et la crainte de l’échec total (à ce stade on appelle cela Psychose puerpérale mais hélas c’est encore très mal compris et pris en charge… On te dira toujours : « Pauvre petite fille gâtée, heureusement que tu n’as pas accouché au Bangladesh alors ! »). Bref, cette expérience m’a permis de me souvenir de mon adolescence, de mes grands-parents, de nos disparus et même de moi enfant en colonie de vacances (j’ai vu défilé toute ma vie quand l’interne a hurlé : « On se magne parce que dans 5 mn elle est morte! »)…

Il aura fallu une séparation, un nouveau Jules, un mariage et 8 ans de réflexion avant que je me relance dans l’aventure de la maternité en ayant pris grand soin de prévenir mon mari de ce qui l’attendait (le cerclage préventif, l’alitement,  l’abstinence pendant de longs mois mais là encore certains vous diront : « Mais oui on peut avoir des rapports mais juste pas en levrette…. » sacrée marmotte!), les angoisses nocturnes, les angoisses matinales, les nausées (4 mois pleins cette fois!), les examens à aller réaliser couchée en ambulance, les prises de sang matinales à domicile les jours de repos (« Je viendrai vous prélever à 7h00 samedi matin! »), l’anxiété jusqu’aux fameuses 24 semaines ou bébé est « viable » (sur le papier uniquement) puis la longue marche vers la lumière que toutes les femmes dotées d’une béance voient comme une première délivrance, le fameux cap des 26-28-30 SA puis enfin les 32 SA où bébé sortira de la tranche « grande prématurité »… Bref j’ai tout expliqué pendant 5 ans à mon mari, en pire, en exagérant bien et malgré tout il a fini, vers 6 mois de grossesse, à me confier : « Malgré tout ce que tu m’avais dit je pensais que ce serait plus simple! » … Ah les hommes ! Je passerai sous silence le « doigtage » effectué pour vérifier mon col par une sage-femme aux cheveux blancs, presque à la retraite… Trauma quand tu nous tiens ! :(

Mais bon, j’ai – cette fois-ci – évité les faux départs urgents pour la maternité, acceptant une bonne fois pour toutes que les douleurs de nombril sont bien ligamentaires et non le signe d’une fausse couche tardive ou d’un accouchement prématurité ! Alléluia !

Décerclée il y a deux semaines, je termine aujourd’hui ma semaine 39 (SA). Bébé ne veut pas sortir et depuis le décerclage les contractions sont plus rares car l’utérus est moins tendu, moins sous-pression, ce qui n’est pas mon cas… C’est une question de jours, je le sais, mais malgré tout, tout m’énerve… Et il y a notamment des choses que je ne supporte plus d’entendre et surtout pas de la part des mecs (qui n’ont jamais mis bas, eux, on est d’accord ??) Petit florilège de ces réflexions ultra-agaçantes…

  • « Aucune grossesse ne se ressemble » : Peut-être, sauf quand tu as une béance du col de l’utérus congénitale, parce que ça veut dire que ton col, à un moment donné, ne supportera plus le poids de l’utérus. Ce n’est pas moi qui ait inventé le concept mais la gravité… No comment !
  • « Un cerclage ne sert à rien, on doit vérifier le col régulièrement et ne le faire qu’en cas d’urgence » : Oui et cette urgence se nomme une MAP (Menace d’Accouchement Prématuré), tu la veux ?? Par ailleurs, selon le gynéco, trop de touchers du col tuent le col … Donc plus on est examinée, plus on fragilise le col déjà incompétent..
  • « Tu n’as pas besoin de rester près de la maternité. Reste chez tes parents, à 20 km » : Cette réflexion vient de provinciaux ignorant totalement les lois de la jungle, de l’A4 et du périph… Pour effectuer ces 20 km j’ai déjà mis jusqu’à 1h45. Le temps d’accoucher d’un second enfant. Alors si toi tu aimes accoucher dans la voiture, vas-y, prends le périph mais laisse-moi en dehors de ces inepties…
  • « Et celui-là aussi tu vas l’allaiter un an ? C’est débile ! Le lait en poudre c’est si pratique! » Non en fait, juste pour t’emmerder j’ai prévu de l’allaiter deux ans. Comme ça la prochaine fois tu te la fermeras… ^^ Ambiance !
  • « Mais dis-donc tu vas te bousiller la poitrine à allaiter aussi longtemps !  » On se sert des seins pour tout : pour vendre des voitures, des crèmes solaires et même des contrats bancaires mais dès qu’il s’agit de les utiliser pour ce pour quoi ils sont exactement faits, les gens deviennent fous !
  • « Moi je trouve ça avilissant d’allaiter! » Je dirais que ça ne le sera jamais autant que de continuer à blondir ses cheveux quand on a ton Q.I ! C’est mon avis perso…
  • « Bon, il faut dire au gynéco de te déclencher maintenant ! » Mais oui, bien-sûr et tu crois qu’au passage il peut me redresser le nez gratos et m’enlever un peu de graisse sur le ventre ?
  • « Si tu n’accouches pas, il faut avoir du sexe ! Le bébé viendra plus vite !  » Et toi il faut arrêter de mater la rubrique « Femmes enceintes » de YouPorn parce que le sexe enceinte de 9 mois ce n’est pas du tout, du tout ce que tu crois…
  • « Tu ne vas pas pouvoir garder des cheveux aussi longs avec bébé ! Il pourrait s’étouffer avec ! » Tu as envie que je coupe mes cheveux hein ? Bon alors je vais les laisser pousser jusqu’aux fesses, c’est décidé !
  • Mon mari : « J’ai mal à la main à force de te masser le bas du dos !  » Justement Dieu t’a doté de deux mains ! C’est pas super ? 😉

Bref, comme vous pouvez le constater, ça risque d’être encore bien chaud en salle de travail, surtout si on me fait des réflexions sur ma façon de pousser ou sur comment » je n’ai rien compris à la respiration ventrale » (le comble pour une chanteuse !).

Je vous tiens au courant de la suite… Namaste ! ^^

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Laissez un commentaire