Exs, citrons, sel et tequila

La vie t’offre des citrons quand tu t’aperçois que tes exs n’ont pas changé d’un iota !

Je vous ai promis des sujets plus intimes, plus personnels, avec plus de caractère. Et en même temps quand je vois le compteur sur ce genre d’articles, je me dis que c’est vraiment ce qui intéresse le plus (les coups de gueule, billets d’humeur et les confessions sont lues 8 fois plus que les autres articles). Donc voilà, nous y sommes. Cela fait deux jours que je peaufine ce post avec la crainte d’oublier quelque chose d’important. Le « draft » de l’article ayant été rédigé très spontanément. Une histoire de citrons ? Oui c’est bien cela ! Parfois quand la vie ne nous offre que des citrons, il faut en faire un instant de bonheur !

Capri, c’est fini…

En amour je me sens un peu comme Vanessa Paradis dont les exs (célèbres) disent tous : « Avec elle quand c’est fini, c’est fini ! Tu n’as plus de nouvelles ! «  Bah quoi ? Parce qu’en plus il faudrait donner des nouvelles à des gens qu’on a (après rapide réflexion et à juste titre) virés de notre vie ? Il faut dire que je ne me trimballe pas toute une tripotée d’exs. Côté histoires brèves ça a été plutôt « Waterloo Morne plaine » avant que je ne rencontre mon mari (nous entamons notre 8eme année ensemble et, un bébé et une maison plus tard, allons vers notre 5ème anniversaire de mariage).

Les « prudes » célibataires qui optent quand même pour la contraception longue durée…

Je compte grosso-modo 3 exs avec lesquels j’ai passé plusieurs années (autant dire des années perdues sauf qu’avec l’un d’eux j’ai eu la chance d’avoir mon premier bébé, mon fils aîné donc). Et pourtant ça n’empêche pas certaines personnes de s’offusquer : « Hein, quoi ? T’as eu quelqu’un avant ton mari ? » comme si j’étais la dernière des trainées ou des saintes nitouche, allez savoir… Notez que ces « têtes bien pensantes » (mais fort mal faites force est de le constater) qui vous questionnent sur vos exs – l’air dédaigneusement effaré comme si vous sortiez de Babylone – sont souvent des s… de première qui optent pour une contraception longue durée alors qu’elles ne sont même pas en couple… Allez comprendre… ça ferait crac crac avec n’importe qui sans protection ces « prudes » là alors su j’ai bien compris ? Parce que pour le « coup d’un soir », on n’a quand même pas fait mieux que le préservatif, non ?

Les exs, habituellement un sujet emmerdant …

Entre mon dernier ex et la rencontre avec mon mari, j’ai vécu deux ans en « mode célib », seule avec mon fils (âgé de 3 ans à la séparation d’avec son père). Il faut dire qu’une brève histoire avec un gros pervers narcissique manipulateur jouant les demi-mondains et schizo de surcroit (ceci m’a inspiré cela) m’avait alors  coupé toute envie d’hommes ! Autant dire que la vie de mes exs et ce qu’ils ont bien pu devenir après moi m’indiffère au plus haut point ! En temps habituel, je n’aurais même pas pris le temps, ni la peine de consacrer un article à un sujet si « emmerdant » et ( ô combien !) si peu racoleur…

tequila
Un nouveau petit coin Hygge sur mon bureau (photo personnelle)

La bonne copine…

Mais voilà, celle que nous nommerons Églantine est passée par là. Églantine, c’est la bonne copine de lycée qui vous suit depuis toujours. Même si elle ne fait plus réellement partie de votre vie, elle garde un œil sur tout le monde. Elle sait qui part en vacances avec qui. Qui fait quoi et qui travaille où. Oui, elle est comme ça Églantine ! Elle se passionne pour ce que vous devenez, pour votre « évolution » personnelle, professionnelle, artistique et amoureuse ! Cela peut être lourd d’avoir continuellement quelqu’un sur le dos qui guette vos moindres faits et gestes ainsi que ceux de vos anciens amis sur la toile et dans la vie réelle… Mais parfois aussi, c’est infiniment valorisant ! J’oserais même dire gratifiant ! N’ayons pas peur des mots, bitches !

La rumeur de la rue …

Donc, tous les 6 à 8 mois j’ai un coup de fil d’Églantine. La pauvre est au chômage (comme la moitié de ce pays) et quand elle trouve du boulot c’est toujours des plans foireux à perpét’ de chez elle qui lui font effectuer (dans une fatigue extrême) ses 3 heures quotidiennes de train. Alors, forcément, le temps de téléphoner et de papoter en faisant autre chose, elle l’a ! D’habitude je zappe carrément le passage très détaillé (et sûrement tiré par les cheveux) sur les anciens amis de lycée, de fac etc. (« Eh bien X, tu sais, il fait du tourisme sexuel depuis qu’il a perdu tous ses cheveux! »« Et Y la pauvre, eh bien elle va bientôt devoir retourner chez ses parents par manque de fric, à 40 ans passés, c’est pas une vie, ça! »)

Ma vie, mon œuvre, ma Guidance …

Mais là, pour une fois, j’ai décidé d’ouvrir mes oreilles ! Pourquoi ? Parce que je suis actuellement en « Guidance » dans ma vie spirituelle, comprenez  par là que – comme tous les ans – j’effectue un petit travail sur moi-même, aidée d’un psy et coach (plus ou moins barré, ça dépend des années), très avide de m’aider à évoluer dans mon boulot et dans mon attitude (et de vider mon porte-monnaie au passage! Ne lui jetons pas la première pierre, c’est la crise pour tout le monde ! ) Et je dois, donc, m’ouvrir aux autres davantage et à ce qu’ils ont à me raconter et à « m’apporter » (j’y crois très fort !)

Exs and ohs !

Bien que je ne souhaite pas aborder le sujet des « exs and ohs », Églantine m’en a appris de belles ! Et là désolée mais je vais changer le nom de l’ex en question, par simple mesure de « confidentialité ». En plus d’être teigneux, c’est procédurier ces bêtes-là ! Celui qui se reconnaîtra dans ce qui suit aura au moins acquis quelque chose de précieux : la lucidité ! D’un autre côté je ne le vois pas trop fanfaronner : « Monsieur le Juge, le gros con dont elle parle dans son article, eh bien c’est moi ! Je m’y suis pleinement reconnu » (en même temps dans reconnu il y a con…) Bref, parlons de cet ex que je nommerai sobrement PHOQUE MAN parce que ça lui va très bien ce surnom ! Comme un gant même !

PHOQUE MAN ou Celui qui murmurait à l’oreille de sa mère …

Intéressant spécimen (pour les psychiatres surtout!) qui présentait à l’époque un amour fusionnel pour lui-même et semblait totalement indissociable de sa mère (110 kg c’est pourtant pas facile à trimballer partout!)

Défauts mineurs reprochés : Pensait que le dénommé Andy Warhol était un tatoueur de bas étage. Ne semblait pas parler le français mais seulement le « Cerruti » (« Auh Auh lààà, Cos-tu-meuh meuh Cherouti ! ») Se matait un peu trop dans les vitrines (« Auh, chi bôôô !! ») et -bien que féru de marques – me collait la honte en disant « Ver-zas » au lieu de « Versaché! » pour Versace vous l’aurez compris !

Défauts majeurs reprochés : Ne semblait pas du tout (mais pas du tout) saisir l’importance de ma carrière artistique (« Auh c’est dureu de gagnère sa vie avec des dessins ! Pourquoi toi pas faire caissière à Carré-four ? » —> Peut être parce que j’ai fait dix ans d’études connard !) Aimait le mensonge plus que lui-même (« Mouaiiss, Da-vid Gue-guetta, c’est mon pau-au-te ! « ). Arnaquait à l’assurance (« Euh mon pau-au-te, l’a pété ma Rollex ! Ah bah non j’ai pas de phau-taus ! Moi l’avoir je-té ! ») Se fichait en caleçon, devant la télé dès qu’il rentrait du boulot (c’est ti pas con avec un dressing plein à craquer de caus-taaars Cherouti !!) Faisait des crédits et encore des crédits. Tapait dans mon argent quand on lui en refusait de nouveaux. Voulait un bébé mais sans mère (Oui, donc c’est une mère porteuse qu’il vous faut Monsieur !)

Attitude habituelle : Se lookait pendant trois plombes dans la salle de bain. Sortait pour écouter de la variété « dance » qu’il affublait du nom très ronflant de « techno ». Passait son temps à s’acheter des gadgets Made in China dans tous les Soho de la création.

Objets de prédilection : La boule à facettes. La lampe magma. Le tee shirt à impressions tribales. Le fly case surdimensionné pour y ranger des vinyles de m… (Tim Buckley ? Connais pas ! Bob Dylan ? Connais pas ! Johnny Cash ? Connais pas…)

Mes prédictions de l’époque : Va attendre que sa mère lui présente la fille idéale pour se caser. Cette dernière devra avoir la même tronche que lui + des cheveux blonds (décolorés de la veille au Cristal Soleil de Garnier). Va se trouver un job avec un intitulé qui en jette (« Responsable de ceci cela » ou « Manager en ») S’installera au soleil dans une ville ni trop grande ni trop petite pour tenter d’y avoir la notoriété de ses rêves (« Oh zyva, matte c’est PHOQUE MAN du Bretzel’s Bar, avec son nouvel Iphone, mec! »)

Les révélations d’Eglantine

« Céline, tu sais pas quoi ? J’ai croisé PHOQUE MAN, ton ex, dans le RER l’autre jour ! Il venait pour l’enterrement de vie de garçon d’un de ses potes. Oh punaise, le mec, il a pas changé d’un iota ! Physiquement si mais alors dans sa tête… Il m’a saoulée avec ses histoires de soirées et tous les people qu’il connait soi-disant. J’ai eu pitié de lui. Au bout d’un moment je ne parlais même plus ! Il était à fond dans son délire de célébrités à deux balles. Tu vois il s’est marié mais il s’en tape de sa femme et de ses gosses ! Il va de soirée en soirée pour se la jouer indéfiniment. Et en plus c’est chelou, il passe ses vacances partout où tu allais toi à l’époque ! Tu devrais tenir une check list Céline, du style:

Rhodes… Done !

Camden… Done !

Amsterdam… Done !

Nashville… Done !

Memphis… Done !

L.A… Done !

Bergen… Done !

Chutes du Niagara… Done !

Lac Saint Jean… Done !

(rires…rires…rires & re-rires… )

Il a du complexer avec tous tes voyages et il n’est plus bon qu’à copier tes étapes touristiques le pauv’type ! Il fait vraiment maquereau sur le retour ! Punaise, comment t’as bien fait de le jeter ! T’as pas perdu au change ma belle ! « 

Là je me suis, en effet, souvenu qu’il m’avait plusieurs fois fait des scènes de ménage parce que j’avais parlé de mes voyages à table, disant : « Tu le fais exprès pour me complexer car tu sais que je n’ai pas voyagé autant que toi! » …  » La description d’Églantine m’a donc gentiment fait sourire…

Quand la vie ne t’offre que des citrons

Et de lui répondre du tac au tac : « Ah bon ! Et il t’a parlé de moi ce gros c… ? » « Non, même pas mais attend, moi j’ai parlé de toi ! Je lui ai raconté pour tes albums, les radios, la télé etc. Il a tiré une de ces tronches ! Il faisait comme si ça lui faisait plaisir mais alors il n’arrêtait pas d’avaler sa salive l’air stressé ! Au niveau des joues il était rouge comme une écrevisse le type! Il a fini par dire : « Tant mieux pour elle si elle passe à la télé ! » et puis il s’est barré l’air contrarié! C’était trop bon, je t’assure! Grand moment de solitude pour lui à mon avis ! »

Bref Églantine m’a bien fait rire à imiter l’accent peu éveillé de PHOQUE MAN (c’est dur de se lever le matin, à 14h00 !) ! Mais surtout, elle m’a rappelé ce que me dit souvent mon coach  en Guidance qui est américain. Il me parle de citrons…

WHEN LIFE GIVES YOU LEMONS, GRAB SALT AND TEQUILA !

ce qui signifie dans notre jargon, en poussant un peu le concept :

Quand la vie ne t’offre que des citrons, attrape alors le sel et la tequila

et fais en un moment agréable ! »

D’un seul coup, j’ai pris la mesure de tout ce que j’avais accompli dans ma vie : deux enfants, un couple solide, l’achat d’une maison et d’un appartement bien à nous, des albums, des concerts, des rencontres incroyables, des tas de livres édités, deux maisons d’édition montées, des voyages et tout cela comme on va acheter une baguette le pain le dimanche matin : sans trop en faire et sans se prendre la tête. Sans éprouver ce besoin constant d’en « foutre plein la vue aux autres » comme PHOQUE MAN le ressent visiblement toujours.

Citrons et évolution

Les citrons, le sel, la téquila c’est quand tu te sens super bien car tu constates combien tu as évolué. C’est bon de savoir que pendant que tu avances, d’autres passent toujours leur temps à transpirer en soirées et à dépenser leur argent et leur vie en futilités. D’un seul coup tu te sens plus « sage » ! J’ai alors béni le jour saint où j’ai fichu PHOQUE MAN et ses gadgets hors de ma vie ! Parce qu’en fait il y a un grand principe derrière tout ça : A moins d’être intelligent et d’effectuer un véritable travail sur soi même, l’homme ne change pas ! Non, à moins de travail, fondamentalement il n’évolue pas ! C’est une vérité qu’il faut accepter !

Églantine m’a offert les citrons sans le savoir ! J’ai juste attrapé la téquila et le sel (symboliquement parlant) et expérimenté ce fameux « bon moment qu’on savoure ». Et comme je le partage avec vous, mon plaisir est décuplé ! Je parie que vous ne verrez plus jamais les citrons comme avant ! Sacrés citrons !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Laissez un commentaire