Tu as un ado à la maison ? Bienvenue au club !

Me revoici avec un topic Psycho et pas des moindres : la crise normalité de l’adolescent du gamin. Comme je viens de suivre pas moins de 2 formations avancées en SFBT (Solution Focused Brief Therapy, autrement dit et dans notre langue : Thérapie brève axée Solution), la formation en ligne sur « le Monde des ados » c’est exactement ce qui me fallait pour continuer de positiver mon langage et ma vision, notamment à la maison. Adopter une nouvelle façon de penser c’est difficile au début, ça demande de se mettre le cerveau à l’envers parfois mais on s’y fait (si, si je vous assure…)

La normalité de l’adolescent …

Alors tout d’abord, laissez-moi vous dire que la crise normalité de l’adolescent du gamin je suis en plein dedans depuis quelques mois… Voici comme cette drôle d’étape (qu’on a oubliée bien qu’on y soit tous passés) se manifeste :

-Le gamin est mollasson (ce n’est qu’une impression vous dira le thérapeute) et déforme le canapé…

-Le gamin s’oppose à vous et cela devient son sport favori

-Le gamin ne veut plus de ces doux câlins mère-fils qui ont bercé son enfance et ponctué ses gros chagrins… Il fuit les bisous et les qualificatifs tendres du genre « mon doudou », « mon roudoudou », « ma petite bouille » etc.

-Le gamin adopte une hygiène un peu limite oubliant systématiquement ou presque le sacro-saint brossage de dents. La plupart du temps il arrive à afficher une tignasse bordélique même sur cheveux courts, chapeau bas !

-Le gamin est désinvolte : rien n’est grave, rien ne vaut le coup, c’est la « no life » attitude qui débarque à la maison…

-Le gamin répond et juge : « Ah, bah moi au moins je risque pas de gâcher ma vie avec une carrière artistique comme ma mère, pour gagner que dal, merci bien ! » (aller, hop, prends toi ça dans les dents môman…)

-Le gamin ment (un peu)…

-Le gamin est détesté par tous ses cons de professeurs et j’en passe…

Et devenir… un Furby !

Personnellement j’ai l’impression d’être devenue un répondeur automatique (ou un Furby, au choix) qui répète inlassablement et invariablement les mêmes phrases toute la sainte journée : « Monte ton sac ! » – « Lave-toi les dents ! » – « Éteins ce p… d’ordinateur! » – « Ne lis pas dans le noir ! » – « Ne laisse pas ton maillot de bain trempé dans ton sac après la piscine! » et accessoirement : « Ne marche pas comme un éléphant dans la maison !  » – « Cesse de marmonner quand on te parle ! » – « Travaille ton allemand puisque je t’ai inscrit chez Petralingua, m… ! Je paye moi ! « 

furby

 

Tiens, moi aussi j’ai été ado !

Donc voilà, je n’ai pas honte de le dire, j’ai suivi la formation en ligne de Weelearn sur la crise d’adolescence, espérant y trouver quelques conseils (et ne pas y passer trop de temps non plus). Personnellement j’ai eu une adolescence mi-figue, mi-raisin. Je l’avais un peu oubliée jusqu’à la mort récente d’un de mes chanteurs favoris (parfaitement inconnu en France mais dont j’étais tellement dingue -first crush – comme on dit aux USA, que j’avais quand même monté un petit fan club). Sa disparition dont j’ai parlé ici (en anglais) a fait remonter à la surface de nombreux souvenirs de cette période. Reviviscences d’adolescence donc même si le terme est un peu fort. Je peux dire qu’après avoir été plutôt discrète (et souffre-douleur des autres), je suis passée directement au stade fille-ado-à-la-langue-bien-pendue-plutôt-bombasse-et-très-blonde. C’était avant ma phase « gothique », moins sexy mais qui a donné tout autant de sueurs froides à mes parents que ma phase bimbo… Finalement cette période s’est écoulée sans heurts et sans gros drames et je suis toujours là, même si je suis très consciente que mon adolescence aurait été plus dorée si je n’avais eu ce besoin constant d’avoir un garçon-à-tout-faire prétendant à mes côtés à peu près tout le temps qu’elle a duré. Les baby-couples ont du bon mais pas que…

Faire le deuil de l’ado version 90’s

Naturellement pour mon fils Noé, 12 ans, je me dis que les choses pourraient se passer de la même manière : quelques hauts, quelques bas mais beaucoup de normalité et de créativité au final. Pourtant tout n’est pas si simple. A l’âge où je me passionnais pour la musique, le dessin, la danse ou la photographie, Noé lui se passionne surtout pour son « Iphone 6S 32 gigas gris sidéral » et pour Minecraft et cela me fait un peu « flipper » parfois. Et si ses dons ne venaient pas ? Et s’il ne s’intéressait jamais à autre chose qu’à ses écrans ? Bref, j’ai rapidement fait le deuil de l’adolescent version 90’s…

525737deaed73796900674

Entre deux mondes mais pas entre deux girouettes

La formation Weelearn n’a rien de magique et sans changement de notre comportement à nous, adultes, il y a peu de chances que l’avenir soit plus serein à la maison. Mais cet apprentissage met vraiment l’accent sur notre rôle de parents : aider nos jeunes à devenir responsables. Et pour cela il n’y a pas de miracles sans travail sur soi : il faut avant tout apprendre à les comprendre. Notre ado est différent de tous les autres. C’est lui qu’il nous faut connaître au-delà des clichés dévastateurs et dévalorisants sur la crise d’adolescence. Non les ados ne sont pas des êtres fragiles que le décrochage scolaire guette. Ils sont entre deux mondes mais pas entre deux girouettes. Au lieu de dire que l’adolescence est ingrate, il faudrait que nous soyons, au contraire, capables de voir toutes les richesses et tous les dons qu’elle recèle. Votre ado n’a pas de dons ? C’est impossible ! C’est à vous de les lui révéler ! Oui vous avez un autre rôle à jouer ici que celui de « flic ». Je n’irai pas jusqu’à dire que vous devez être leur « mentor » mais si vous n’êtes pas leur « menteur » de service ce n’est déjà pas si mal !

Les soucis ne viennent pas de l’ado mais de la relation que vous avez instaurée avec lui

Grâce à cette formation en ligne, j’ai retenu quelques principes à l’instar de celui-ci : les soucis ne viennent pas de l’ado mais bien de la relation que vous avez instaurée avec lui. Lorsque la relation est biaisée, les réponses le sont aussi. Il faut alors abandonner les deux grands concepts éducationnels que l’on connait : l’autorité et la liberté, au profit d’une éducation plus humanisante : le personnalisme. Et pour entrer dans le personnalisme la première étape est certainement de se connaître soi. Vous connaissez-vous vous-même ? Personnellement étant maman d’un grand de 12 ans et d’un petit de 15 mois, j’ai opté, à la midlife, pour une petite psychanalyse…

Savoir rejeter notre prétendue supériorité

Comment rejeter votre supériorité (celle de l’expérience, celle de l’âge…) ? En se focalisant sur une relation égalitaire ou au moins égalisante. Pas facile de renoncer à son narcissisme, à ses certitudes, hein ? La première étape est de se désintoxiquer de tout ce qui se dit de faux sur l’adolescent et de lui laisser sa chance, de lui faire confiance, enfin !

Ne parlons plus de crise mais de mutation, ne leur apprenons plus la frustration mais apprenons leur le choix… Autant de concepts que vous soufflera cette petite formation en ligne, une formation indispensable si votre ado vous fait tourner en bourrique. Le changement interviendra des deux côtés… Un grand bol d’air pour tout le monde… A méditer !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !