J’ai repris mes études à la naissance de bébé

On pense souvent que la naissance d’un enfant est un si grand chamboulement dans la famille, le couple et l’organisation qu’on ne va plus rien pouvoir faire ni entreprendre. Il n’y a rien de plus faux (du moins après le 1er mois révolu). Certes un bébé est épuisant car il a des besoins constants et vitaux à combler. Il demande TOUTE notre attention. C’est notamment ce que j’ai expliqué dans mon dernier livre sur les bébés et leurs nuits.

Des moments de calme à exploiter

Même si bébé est un petit dormeur, une maman a toujours des moments de sérénité dans la journée, surtout si – comme moi – elle travaille depuis son domicile de façon à éduquer ses enfants (pour moi il est très difficile de faire des enfants des humains intègres et bien élevés quand on bosse plus de 10 heures par jour. Car s’absenter de la maison plus de 10 heures par jour signifie déléguer bien-sûr… Et quand on délègue encore faut-il pouvoir s’entourer des bonnes personnes. Hélas notre monde actuel n’est plus celui que nous avons connu dans les années 80 et même 90. Et si mes parents me confiaient les yeux fermés à la nounou, j’aurais désormais peur d’en faire autant).

Même si j’ai une activité artistique débordante puisque je produis mes propres albums, que je les vends lors de mes concerts et que j’écris et compose pour d’autres chanteurs, les heures où bébé est calme ou carrément endormi me permettent de créer et de plancher sur ma prochaine vie : j’ai toujours rêvé d’être Sophrologue et avec la naissance d’Ashley j’ai sauté le pas ! Bien-sûr, je n’abandonnerai pas pour autant mes activités de composition et d’écriture mais elles s’effectueront plutôt en fin de semaine.

Des études lourdes et des formations

J’ai donc repris des études « lourdes » : 17 U.V de Sophrologie à valider en 1 an + 2 formations en Compréhension du Stress Post-Traumatique.

Pour l’instant j’ai opté pour des cursus 100% à distance avec des devoirs à faire et à renvoyer et parfois des examens en ligne. Ensuite il me faudra encore valider mon stage et effectuer une formation portant sur l’Alliance thérapeutique par un organisme agrée…

C’est un sacré challenge et pourtant je suis tranquillement arrivée au bout de ma formation de Sophrologue sous 9 mois, et j’ai validé 1 module sur 2 concernant le Stress Post-traumatique. Dans 2 semaines je terminerai donc, avec succès je l’espère, ma formation de Sophrologue puis celle sur le Stress.

Bébé me laisse des moments tranquilles : lorsqu’il joue dans son parc, lorsqu’il reste longuement au sein (parfois 30 minutes pour le câlin ou trouver son sommeil ou se détendre), lorsqu’il fait la sieste… C’est un défi énorme puisqu’il faut avancer sur des petites périodes, très courtes. Il faut aussi sans cesse se souvenir d' »où on en était » avant de reprendre son cours en main ! Mais c’est tout de même un projet passionnant.

Pour pouvoir m’installer, nous devrons cependant déménager pour une ville avec un vivier de clients potentiels. Encore du changement ! Et une maison à vendre ! Et une autre à racheter donc !

Les points positifs

  • Être maman, c’est une nouvelle vie ! Pour couper le cordon, rien de tel que de savoir (un peu) prendre soin de son développement à soi. Si 70% du temps est consacré à bébé et aux enfants, 20% au conjoint et à la vie familiale, 5% peuvent l’être à une reprise d’études (les 5% restants venant compléter le tableau de la mère hyper-organisée …)
  • Apprendre à tout âge entretient le cerveau et le relationnel
  • Se lancer des challenges, initier des projets et les mener à bien, c’est ça la vraie vie !
  • Poser bébé et passer, de temps en temps, à autre chose est salutaire et permet d’être plus attentive ensuite.
  • Des études basées sur le bien-être et la psycho comme les miennes permettent de relativiser les petits soucis quotidiens et de se détendre

Les points négatifs

  • Une formation coûte cher et lorsqu’on débute dans un nouveau domaine (même si le Bien-être et le Développement personnel dans lesquels je travaille déjà s’inscrivent dans la mouvance de la Sophro), il faut souvent compléter sont cursus initial avec des formations ponctuelles complémentaires et rassurer l’éventuel employeur sur sa connaissance du métier et ses capacités (d’où la formation en Alliance thérapeutique).
  • Reprendre un rythme d’étudiante, voilà une chose difficile à faire comprendre aux enfants (« Maman aussi doit avoir des bonnes notes ! « )
  • Une formation à distance c’est beaucoup d’organisation (gérer le planning, renvoyer ses devoirs à temps) et cela peut « ajouter » au rythme endiablé de la vie de famille, surtout la semaine

Conseils pour réussir et aller au bout de sa formation

  • Ne pas commencer dans la confusion et le chaos général et encore moins dans la fatigue chronique !
  • Avant de commencer sa formation, veiller à régler les soucis d’intendance et à réorganiser la maison car une fois la formation initiée, le temps manque cruellement. Ce n’est plus le moment de refaire une pièce ou de réorganiser un dressing.
  • Prendre des vacances relaxantes avant de débuter l’envoi des devoirs pour partir sur du « frais »
  • Ne pas chercher à exceller mais plutôt à obtenir des résultats honorables, surtout sur la théorie. Vous avez bien plus qu’à faire qu’une jeune étudiante, ne vous comparez pas !
  • Ne pas laisser plus de 3 jours entre deux travaux ou devoirs … Ensuite la flemme s’installe vite.
  • Lorsque vous galérez et vous posez des questions sur la viabilité de votre projet (« Vais-je, un jour, arriver au bout ? »), mettez votre cerveau en veilleuse et avancez sans trop réfléchir, au moins pour quelques heures.
  • Comprenez l’aspect « patchwork » de cette reprise d’études : c’est le lot de toutes les mamans qui s’y remettent ! On n’a plus la vie ni la forme d’une jeunette !

Et surtout, donnez-vous un délai imparti pour valider votre formation et si sur la fin le planning est difficile à tenir alors redoublez d’efforts. Se fixer une date butoir est un facteur de réussite !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Laissez un commentaire