Ces jeunes qui vivent comme des petits vieux

Les voyages organisés à … 20 ans !

Ces derniers jours, j’ai beaucoup discuté avec des gens plus jeunes que moi. C’est un exercice qui me parait vital en tant qu’auteur en Développement personnel et Parolière pour de nombreux jeunes interprètes (entre 18 et 30 ans pour la plupart). Dans le milieu artistique je rencontre des jeunes supers qui répondent à leur appel véritablement et sont très épanouis et très peu inquiets pour l’avenir… C’est assez dynamisant et motivant selon moi. Quand j’étais étudiante rien en me « gavait » autant que les midinettes se la jouant « Dadame » à 20 ans ou les mecs qui se prenaient pour des « boss » à 21… Vivant en Champagne, région agricole et viticole par excellence, je côtoie quelques jeunes gens qui travaillent pour des fermes ou des maisons de Champagne et qui sont à la fois passionnés par leur métier et très investis. Leu passion se confond avec leur emploi ce qui fait qu’ils sont en principe très épanouis et peu stressés malgré un boulot quand même fatiguant. Mais en dehors de la campagne ou du milieu artistique (il y en a un ici aussi, je vous assure !) je suis parfois vraiment choquée par d’autres, parfois plus « citadins » qui se veulent très branchés mais ne vivent pourtant que par procuration et ne semblent pas du tout ancrés dans l’instant présent… Ils fomentent des plans sur 30 ans, évoquent déjà la retraite ou la maison de retraite… C’est gai ! Ce n’est pas que je sois « vieille » (j’ai 42 ans et toutes mes dents) mais franchement je suis parfois scandalisée par ces jeunes entre 18 et 35 ans qui ont pris le pli de vivre comme des « petits vieux » et qui appliquent un sacro-saint principe de précaution à leur vie (ou comment rater sa vie en essayant de la sauver…). Ainsi ils ne partent en vacances qu’en « voyages organisés » ayant peur de barouder par eux-mêmes ou évoquant déjà, à leur jeune âge, des problèmes de santé (apparemment imaginaires d’ailleurs).  Ils sont incapables de dormir sous une tente ou à la belle étoile sur des cailloux. Ils s’inquiètent déjà pour leur retraite et j’en passe des meilleures. Ils reniflent tout ce qu’ils mangent comme si on allait les empoisonner. Dès qu’il y a une miette sur la table ils l’observent comme une dangereuse ennemie. Ils font infiniment de manières pour pas grand chose, excellent dans l’art de lever les yeux au ciel dès que tout n’est pas estampillé « Univers Mattel »… Vous riez ? Moi j’ai plutôt envie de pleurer surtout quand je repense à ma propre jeunesse où j’ai multiplié les excès (voyages, amis, expériences, sorties, tatouages etc.) sans jamais penser au lendemain ni au risque encouru…

Cultiver le potimarron et lire Télérama …

Petit exemple. Je vends actuellement ma maison de ville sans jardin. Eh bien vous n’imaginez même pas combien de filles de 20 à 25 ans me téléphonent pour savoir « où elles vont faire leur potager  » !! Quel drame !! Ex-journaliste en religions, ancienne « goth », « punk », nourrie à la culture Underground j’aime à me remémorer mes 20 à 25 ans : virées à Camden, soirées gothiques, festivals électro en Belgique, Allemagne tous les weekends et j’en passe… Alors oui je suis choquée quand on me dit que 20 ans est le bon âge pour cultiver la tomate et le potimarron !! Si on m’avait dit le hash encore…  Je suis aussi choquée d’un certain « snobisme » ambiant chez certains 25-35 ans : cette propension (somme toute très provinciale) à acheter ses macarons chez Ladurée, à consommer du « thé bio uniquement », à s’abonner à Télérama (le mag on ne peut plus bo-bo…) tout en méprisant les artistes dans le fond ( je déplore que ce ceux qui se « gavent » de culture – somme toute très marketing – sont aussi ceux qui font des réflexions du genre : « Et sinon tu as un vrai travail ? » dès qu’ils croisent un chanteur, un peintre, un écrivain ou un plasticien ne vivant que de son art). Allez comprendre…

Ensuite il y a aussi certaines jeunes personnes qui m’ont dit récemment : « Ouah tu as un nouveau chien ! « (effectivement mon chien senior est mort cet été) « Celui là est un fox-terrier ! Il est mieux que l’autre » #indignation ! J’ai toujours adopté mes animaux en refuge (#adoptdontshop) sans me préoccuper de la race mais plutôt de la personnalité et surtout du niveau d’urgence de leur situation (le sauvetage étant pour moi prioritaire sur le look) … A notre époque à nous, filles des 70’s, le chien n’était pas encore un « accessoire de mode »… Je ne vous parlerai même pas de mon opinion sur les « grosses poufs » (excusez l’expression) qui achètent des bouledogues français hors de prix en élevage pour ensuite les laisser pleurer toute la journée dans un appart’ minuscule… Mais cela est aussi valable pour les « husky », les « jack russel » (dont les refuges sont pleins).

Prostamol, Epéda et sonotone Amplifon à 25 ans …

Et puis certains jeunes (moins de 40 ans, célibataires et sans enfant) sont là à exiger leur petit confort « de vieux » : « Oh là là ! Mais ton grenier n’est pas isolé ? C’est catastrophique ! » Perso avant la naissance de mon premier enfant, à 30 ans, je passais mes vacances soit au Canada dans une hutte dans la forêt à -20 degrés à dormir à même le sol ou en Grèce à dormir sur la plage avec des « travelers » rencontrés sur place ou parfois à Patmos, hors-saison, dans le petite cube rudimentaire bleu et blanc d’une mamy de 95 ans, maison dont le sol n’était constitué d’autre chose que de … terre battue… Alors oui je suis choquée quand des moins de 40 ans ont des exigences de seniors mûrs la résidence médicalisée… Je suis surtout très étonnée et je me demande comment on peut en arriver là ! Perso quand une nénette de 35 ans tiens des propos comme ça, j’ai juste envie de lui offrir une bonne grosse paire de charentaises et de lui demander si elle a besoin au passage d’un paquet de Prostamol pour son mec… Et puis il y a celles qui sont prêtes à s’user physiquement et mentalement pour gagner toujours plus et qui sont devenues tellement aigries et caustiques avec « les autres » (ceux qui ne fonctionnent pas comme elles) qu’à moins de 40 ans ont l’air aussi fraîches que Jackie Stallone au petit matin…

Je n’ai rien contre le principe de précaution mais je trouve qu’il façonne des générations de gens aigris qui entrent dans un moule imposé et qui dénigrent tous ceux qui « ne marchent pas droit » ou qui se balancent d’avoir un matelas Epéda multispire… Je me demande quelle est la prochaine étape pour certains ? Le sonotone Amplifon à 25 ans ?

Enfin voilà, c’était ma réflexion du jour. Je trouve cela étonnant de rencontrer parfois des gens si frustrés, coincés et incapables de profiter de leur jeunesse ni de faire d’autres expériences que la signature d’un CDI ou l’achat d’un lit Ikea. Voir des filles de moins de 40 ans qui agissent en mimétisme total avec leur mère ou leur grand-mère et qui ont sans cesse peur de « manquer » de tout comme les générations qui ont connu les affres de la guerre me laisse perplexe et me sidère en même temps ! La jeunesse n’est décidément pas une question d’âge pour tout le monde …

Rendez-vous sur Hellocoton !