Les pieds (nus) sur terre

Que diriez-vous d’une technique plus simple qu’une technique de massage ou d’un gadget moins encombrant qu’un appareil de massage, mais qui soit néanmoins capable d’apaiser les inflammations, les tensions et les raideurs musculaires, qui vous permettrait de récupérer plus vite d’une blessure, vous aiderait à mieux dormir, et augmenterait vos réserves d’énergie ? Que ça a l’air trop beau pour être vrai ? Et pourtant ce soin révolutionnaire n’est pas si nouveau, il consiste à fouler la terre … pieds nus ! Il semblerait que même en restant immobile, le contact entre les pieds nus et notre Mère la Terre suffise à améliorer la santé. Comment une activité si banale peut-elle avoir de tels effets ?

La théorie repose sur l’interaction entre le corps et les électrons qui recouvrent la surface de la terre. La surface de la terre est conductrice d’électricité et sa réserve d’électrons libres est perpétuellement renouvelée grâce au « circuit électrique global » ou « atmosphérique », responsable du tonnerre et des éclairs (on dénombre 1000 à 2000 orages grondant en permanence à la surface du globe).  Ces orages sont à l’origine d’un courant constant de plusieurs milliers d’ampères, distribué sur l’ensemble de notre planète.

La charge positive de l’électricité produite par un orage remonte à la surface de l’atmosphère, alors que la charge négative est conduite par la surface terrestre sous la forme délectrons libres. Ce flux naturel et invisible d’électrons, et le champ électrique qu’il génère, recouvrent la surface de tous les objets conducteurs, comme les gens, les plantes, les animaux, et tout ce qui est en contact direct avec le sol.

Des équipes de recherche, composées d’électrophysiologistes, et équipées de tensiomètres, ont pu observer qu’un être humain qui se tient pieds nus sur le sol crée un contact physique, comme un branchement électrique, qui fait de son corps un conducteur neutre, au même niveau de tension que la terre. Le corps transfère son propre champ magnétique à la terre, et perd ainsi ses électrons. Ce qui est une très bonne chose, tant qu’on reste « branché » les pieds en contact avec la terre.

Le problème, c’est que nous portons aujourd’hui des chaussures aux semelles synthétiques non-conductrices d’électricité, qui coupent le flux d’électrons entre la terre et notre corps. Nous vivons donc isolés de la charge terrestre d’électrons, en vivant haut-perchés dans des immeubles, notamment. En conséquence, notre corps n’est plus protégé par le champ magnétique terrestre, et nous ne bénéficions plus de ses apports en électrons libres pour recharger notre propre champ magnétique.

Autrement dit, ne pas avoir les pieds nus sur terre assez souvent, fragilise l’équilibre électrique du corps. D’après les électrophysiologistes, la terre neutralise les radicaux libres (positifs) en leur offrant massivement des électrons libres (négatifs).

Cette théorie est loin d’être idiote. Depuis des millénaires, les êtres humains ont échangé leurs électrons libres avec ceux de la surface terrestre, en marchant pieds nus, et en dormant par terre. Ce qui ne se fait plus dans nos sociétés modernes. Mais beaucoup d’entre nous peuvent remarquer combien il est agréable de marcher pieds nus : on se sent bien plus détendu et revigoré après une journée à la plage ou sur la pelouse du parc.

En effet, si les inflammations musculaires sont causées en partie par les radicaux libres, le contact direct avec la terre les neutralise, grâce à un flux d’électrons libres, qui participe au rétablissement.

Le Dr William Amalu, président de l’Académie Internationale de Thermographie Clinique, a mené une étude sur 20 patients souffrant de diverses douleurs inflammatoires : syndrome myofascial, tensions ou déchirures musculaires, syndrome du canal carpien ou maladie inflammatoire des articulations. Il leur a demandé de « se brancher » pieds nus dans son bureau, ou de dormir 30 minutes par terre, sur une alaise, une fois par semaine.

W. Amalu a réalisé des photos des patient avec ses appareils d’imagerie thermique, avant et après le traitement. Les résultats parlent d’eux-mêmes : un bon nombre de patients souffraient moins dès la première séance, et 80% ont senti leurs douleurs s’apaiser au bout de deux à quatre semaines. Il est intéressant de noter que la plupart de ces patients avaient suivi des traitements thérapeutiques et médicamenteux classiques auparavant, sans grand résultat. En poursuivant ce traitement de « branchement au sol » pendant plusieurs mois, ils ont senti un réel soulagement, et dans quelques cas, les symptômes ont tout à fait disparu.

En 2000, une autre étude a été menée avec 60 personnes (22 hommes et 38 femmes) souffrant de troubles du sommeil, et de diverses douleurs musculaires et articulaires. La moitié du groupe a dormi sur des alaises au sol, et l’autre moitié sur des supports non-conducteurs d’électricité (puis inversement). Là encore, après 30 jours, les résultats sont extraordinaires : dans le groupe « branché » au sol, 85% ont trouvé le sommeil plus vite, 93% ont mieux dormi, 82% ont vu leurs douleurs musculaires diminuer, 74% ont vu leurs douleurs articulaires ou leur mal de dos s’atténuer ou disparaître, 100% ont déclaré se sentir plus reposés au réveil, et 78% ont ressenti une amélioration de leur état de santé.

Petit guide du bien-être des pieds

Rendez-vous sur Hellocoton !