Un Lomi-lomi, une fois !

Un Lomi-lomi, une fois!

Me voici revenue de Belgique où je suis allée remettre à jour ma pratique du Lomi-lomi avec une experte de ce massage hawaïen.


Ce qui est sympa avec la Belgique c’est que c’est une terre vraiment cosmopolite et donc il y a des écoles axées Bien-être et « art » corporel du monde un peu partout. Certaines se distinguent par la qualité de leur enseignement. J’ai ainsi pu repérer dans Bruxelles même plusieurs écoles de massage ainsi qu’une école dispensant l’enseignement des quelques danses grecques que je ne connais pas encore (à l’heure actuelle j’enseigne deux danses grecques et je pense m’en tenir là au moins pour les deux ans à venir!)

♥ Loving hands

Je suis toujours surprise de la façon dont le Lomi-lomi se décline. Si je propose moi-même du Lomi-lomi Nui « dansé » (un petit peu de participation active est demandé au client: nous faisons ensemble les mouvements issus de la Huna et même allongé le participant se laisse guidé) , j’ai pu avec ce perfectionnement envisager cet art de manière plus globale et peut-être plus européenne. Pour moi il reste cependant primordial d’effectuer ce massage-relaxation selon les rites hawaïen (même si le Lomi lomi varie selon les îles). A Hawaï on préconise de garder en tête pendant toute la séance à la fois le concept de « loving hands » et de « compassion » face au massé.

♥ Rocking descendant

En Belgique le rocking descendant du début (sous paréo) est mis de côté tout comme les « pattes de chat ». Bien-sûr si ces mouvements sont facultatifs, la fluidité et la grâce du masseur lors de l’évolution sur le corps du participant ne le sont pas ! Je ne peux dissocier dans ma pratique le massage des éléments de danse des vahinés, ce qui emmène alors à « danser » autour de la table. Il n’est pas évident de combiner le transfert de poids d’une jambe à l’autre au ryhtme des « vagues » données sur le corps mais avec un peu de pratique et pas mal de détente et de laisser aller on y parvient.Il me semble qu’on oublie trop souvent que c’est le déplacement du poids du masseur sur le corps du massé qui provoque la pression. Exercer une simple pressions des mains et des bras serait trop fatiguant sur un massage de 2 heures! Beaucoup de formation excluent le travail sur le souffle ce qui est dommage. Le week end fut donc enrichissant puisqu’il m’a apporté quelques éléments que je n’intégrais pas jusqu’ici à mes massage-relaxation. Prochaine étape: me mettre en quête du bâton d’automassage en bois de guava des îles, celui qui permet aux pécheurs de soulager leur dos dans la barque à la fin de la journée. En attendant quelques photos de mon « quartier libre » à Bruxelles.

Et voici la petite librairie dans laquelle j’ai trouvé ce livre d’occasion. Je vous en parlerai la semaine prochaine !

 

Pour aller plus loin:

Je recommande le livre ci-dessous pour celles qui veulent un descriptif détaillé de l’art du Lomi-lomi. Le petit inconvénient c’est qu’il est en allemand mais finalement tout le monde connait quelqu’un qui connait l’allemand…

Le livre incontournable sur le lomi-lomi et comment le pratiquer

Rendez-vous sur Hellocoton !