Scandic Tribe : le hard rock made in Scandinavie

Le groupe de rock scandinave « Scandic Tribe » sort son premier opus le 06 mars prochain. Privilège de blogueuse et de critique musical j’ai pu l’écouter en avant-première. Et « Light At The End » m’a absolument bluffée ! Avant même sa sortie dans les bacs ce disque figure déjà en bonne place dans ma discothèque perso, prêt à s’imposer tel un incontournable, un « must have » pour tous ceux qui aiment le hard rock et ses subtilités. C’est donc d’un album particulièrement classieux dont je vais vous entretenir aujourd’hui.

Par le producteur de Judas Priest

Mais d’abord, laissez-moi vous toucher quelques mots des sympathiques gars de Scandic Tribe. C’est Morten G.P, le guitariste aux faux airs de Sting, qui m’a contactée pour me proposer un envoi de l’album. Le gars est simple, chaleureux et poli, le genre d’artiste qu’on aimerait rencontrer plus souvent. En synergie avec le chanteur Thomas Økland, il a travaillé aux mélodies tout en restant fort bien entouré : leur producteur n’est autre que Roy Z qui a travaillé avec Judas Priest et d’autres groupes illustres. Quant à leur ingénieur du son il s’agit de Maor Appelbaum, la signature sonore de groupes comme Faith No More ou Meat Loaf. What else ?

ScandicTribe1

 

Des sons magistraux sans solennité surfaite

En surfant sur leur site, j’ai été estomaquée par la beauté et la pertinence de leur visuel : les deux musiciens y figurent dans une attitude assez « comfy » mais en pleine forêt, à l’instar de vikings contemporains conversant autour d’un fauteuil cosy, esthétiquement posé entre fougères géantes et imposantes racines… On devine alors tout le côté magistral de leur musique, probablement piquée de traditions et de valeurs fortes aussi fortes que l’héritage culturel, le respect, la maturité mais sans solennité aucune. Effectivement Morten m’expliquera par la suite que le groupe est « basé sur une éthique d’amitié et de respect mutuel indispensable à une création artistique saine et solide ». Mais ne causons pas plus longtemps et revenons à nos moutons. J’ai écouté attentivement l’album, plusieurs fois et je peux vous dire que ça envoie dans une optique de perfection sonore, dans des recettes chères au Hard Rock avec un caractère unique et une touche que vous ne retrouverez nulle part ailleurs. L’album « Light At The End » comporte 11 tracks divers et variés, tous bien produits au point qu’il est difficile d’en sortir une chanson-phare.

ScandicTribeLogo2015

Track 1 INTRO : de la pensée positive !

Si les premières notes de guitare m’évoquent immédiatement les titres les plus sombres de Jeff Buckley, on tombe vite dans des sonorités plus surf rock « à la Chris Isaak ». Bien-sûr cette impression ne perdure pas puisqu’on a ici bien à faire à un son Hard Rock. L’intro n’est pas représentative de l’album entier puisqu’elle figure une longue plage parlée. C’est de la lecture plus que du chant même si la voix de Thomas, profonde et assez rassurante, un brin sensuelle, vient « soutenir » le propos du groupe. Et la première surprise est qu’on tombe ici dans un pur discours de Pensée positive (je suis une pratiquante convaincue par ailleurs). Thomas nous cause avec sa voix de leader charismatique du Bien, du Mal, de la Dualité qui anime toute chose, de la Paix de Soi. Si vous n’avez pas eu votre dose quotidienne de « Motivation Quotes » sur Instagram ce matin, écoutez cette intro qui vous bercera de doux : « Ne laisse personne briser tes rêves » ; « Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse » et autres « Le positivisme est la clé ! ». Ces injonctions sur fond de guitare électrique ce n’est absolument pas ce qu’on attend d’un groupe de Hard viking, c’est surprenant mais ça en dit aussi long sur le mental du groupe. Bref, cette intro vient casser l’image des gros méchants « hardos » à la musique imposante et déjantée. Ce n’est ni un bien ni un mal, simplement la preuve que derrière l’artiste il y a une âme et des principes. Je préfère des chanteurs qui disent ce qu’ils sont et ce qu’ils pratiquent d’emblée à des groupes montés de toutes pièces par des musiciens-acteurs si vous voyez ce que je veux dire… Et ici on est très loin d’Actors Studio et tant mieux.

Track 2 DUSTY SUNRISE : la touche Glam

Nous voilà en plein dans le style du groupe. Le titre est très dynamique, très Hard Rock, avec des riffs de guitares électriques plutôt sombres. J’espère ne froisser personne mais je ne peux ici m’empêcher de penser à Bon Jovi (l’image midinette qui lui colle à la peau en moins). La voix du chanteur est profonde mais assez positive et claire, je n’oserai pas dire sucrée car cet adjectif ne saurait s’appliquer à un homme. Disons que la voix est honnête, sans artifices. Il n’en fait pas des tonnes, c’est tout à son honneur. Le Hard Rock véhicule déjà tant de clichés que le groupe n’a pas besoin de surfaire son jeu et cette chanson en est la preuve vivante. Ici on n’est pas totalement dans du Hard mais plutôt dans un Glam Metal saupoudré de Pop Metal incluant, au fur et à mesure, des éléments de Roots et de Folk pour nous offrir, au final, un morceau très Alternatif à la mélodie efficace.

scandictribe2Track 3 ONLY TIME WILL HEAL : du rock tous publics

C’est une vérité : seul le Temps guérit, efface les peines, les chagrins, les deuils et les douleurs d’hier. Et quand c’est chanté par Thomas, ça a d’emblée quelque chose de sacré, de sacralisé plutôt. Ici on rejoint l’éthique et le mental très « sain » du groupe, désireux de donner le meilleur pour recevoir le meilleur en retour. On est également dans une forme de Gratitude avec les paroles. Le Temps passe et emporte mais le Temps fait grandir ici. Ainsi la malédiction d’hier se mue peu à peu en bénédiction de demain. Dur à avaler les principes philosophiques ? Que nenni ! « Only Time Will Heal » balance un riff rock super sympa et engageant qui fait passer la pilule comme le verre d’eau sur le Doliprane les jours d’orage. Bon, c’est un rock « tous publics » selon moi et c’est clairement ultra-radiophonique ! Et puis il y a ici ce côté ronronnant, cajolant propre au hard pour les masses qui vient coller du baume au cœur.

Track 4 HEAVEN : « Jeff Buckley, sors de ce corps ! »

Une belle chanson dont l’intro m’évoque encore du Buckley. C’est calme mais très vite ça s’emballe. Encore du Hard Rock mélodique qui reste frais et met du baume au coeur. Que dire de plus  à part que ceci mérite l’écoute ?

Track 5 REVOLUTION OF CONFUSION : La performance vocale

C’est peut-être le titre leader de l’album « Light At The End ». Il s’inscrit dans la tradition Hard Rock avec de bons gros riffs de guitares électriques bien menés, une basse et une batterie fortes, très rythmées, poussées à leur paroxysme. Mention spéciale pour les chœurs, parfaitement exécutés, dans la justesse et dans la sincérité du moment. A noter : un beau solo de guitare qui emprunte pour le coup une rythmique « à la Kravitz ». Sur ce titre Thomas démontre toute l’étendue de sa tessiture avec des décrochés dans les aigus qui passent très facilement. On sent qu’il est dans le confort, qu’il peut aller plus loin encore.

Track 6 LIFE IS GOOD : L’aura Bonjovienne…

Voici un titre-break qui marque le changement. C’est calme et posé. Et ici, surprise, l’arrangement comme la voix et les paroles m’évoquent le parolier-interprète de génie Roddy Frame. Il y a une touche de Roddy là-dedans, je maintiens ma vision même si elle peut paraître étrange. C’est une pure balade « Bonjovienne » au final. On y trouve l’émotion, le vécu, le passé encore, les souvenirs fanés et sublimés. On sent le désir du groupe de produire au moins un titre vraiment intimiste ici. Et puis il y a un côté légèrement plus Folk sur les transitions avec l’inclusion d’un Fiddle un peu larmoyant. Bref, j’aime beaucoup cette touche nostalgique.

Track 7 LIGHT A THE END : In a Varsity Style

Le titre propose une superbe intro dans un style aux accents variés, presque « Aerosmithien » avec des chœurs au top encore. Je décèle un feeling à la « Green Day ». Le tout m’évoque une belle balade façon Portastatic où les souvenirs de jeunesse, comme des clichés volés, se mêlent aux souvenirs de fac, au fantôme de la bande de potes… Intéressant.

Track 8 ANGEL : Le rythme à l’état pur

Une intro plus longue que la normale. Pas de paroles ni de voix ici juste un long break, un pont musical avec des jeux de guitare assez variés. Et puis sur l’outro on tombe dans de la folk aux accents manouches et insulaires. C’est surprenant. Je note le rythme quasi « rébétiko » (tressaut / silence / tressaut / silence) qui confère à cet instrumental une touche tradi.

Track 9 MY SWEET BABY VALENTINE : Tellement « fleur bleue » !

Un son qui évoque Chris Isaak sur ses titres les plus sombres et lancinants. Un rythme un peu fleur bleue qui fait assez « radio universitaire ». Une chanson d’amour où l’être aimé est absolument idéalisé.

Track 10 HEROES : Le titre intimiste

Voilà l’originalité qui me plait : la voix qui intervient dès la première note de musique émise. Cela vient casser l’homogénéité de l’album et offrir un peu de piquant au tout. On est là sur un titre chaleureux, intimiste. Gagne à être connu !

Track 11 SAD TIME : Un côté innocent

SAD TIME s’affiche comme une chanson de clôture classique qui fuse un peu dans tous les sens et qui est très englobante niveau sonore. La voix est variable ce qui traduit l’émotion avec un côté un peu « innocent » C’est un joli pendant à INTRO, le titre 1.

Pour résumer disons qu’avec leur son très rock aux mélodies accrocheuses et efficaces et aux crochets Hard Rock classiques doublé d’ajouts de diverses influences comme Le Glam Rock, la Folk, le Surf-Rock et des touches traditionnelles, Scandic Tribe scelle l’alliance entre Rock Organique et Hard tous publics. Ce premier opus construit sur des expressions spontanées offre un son intemporel qui perdurera, à l’instar des mélodies de Bon Jovi, d’Aerosmith et de tant d’autres. Il y a ici une approche puissante et positive de la vie et de tout ce qui la compose : l’amour, la disparition, le passé, l’espoir, la renaissance mais surtout les racines et l’unicité de l’être.

Un bel album. Je ne vous soufflerai pas de l’offrir à la Saint Valentin, mais presque …

Leur site officiel

Leur page Facebook

Leur compte Twitter

Leur compte Instagram

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Laissez un commentaire