Tous en scène – La critique – Le blog de Céline

« Tous en scène » de Garth Jennings : de la télé réalité aux dessous du milieu artistique …

Tous en scène pour une vie de fous… Installés à la campagne pour fuir le sacro saint pattern « Métro -Boulot – Dodo », nous travaillons de chez nous, en nous occupant de notre bébé de 11 mois et de mon fils Noé, 11 ans. Mon mari avance les travaux de la maison de village que nous avons achetée il y a 5 ans. Quand à moi, j’écris mes articles, je traduis des chansons pour des américains, je compose pour mon nouvel album et je gère mes publications et ma toute nouvelle maison d’édition... Dans tout ce bazar, il n’est pas facile de s’occuper de tout le monde, de passer du temps de qualité les uns avec les autres.

Du temps avec le grand

Hier, j’ai donc confié bébé à son papa et je me suis rendue avec le grand au cinéma du village. 01h50, gros défi pour une mère toujours allaitante au bébé ultra fusionnel qui observe tous les déplacements dans la maisonnée… Notre objectif : nous détendre, nous amuser, manger des bonbons et boire (une fois n’est pas coutume car à la maison on est très healthy) des boissons gazeuses devant « Tous en scène », le dernier film d’animation du Studio Illumination Entertainment (« Moi moche et méchant »). Mes impressions.

A la recherche de la nouvelle star

Buster Moon est un koala sympathique, carrément bohème, qui aime les artistes et a affiche un goût certain pour la découverte de nouveaux talents. Son héritage ? Le théâtre familial, jadis splendeur d’Hollywood, qui a perdu en grande partie sa superbe… Mais voilà, le lieu aussi mythique qu’il soit tombe en désuétude. Bientôt, accablé par les dettes et les cachets impayés de ses artistes, Buster Moon est bon pour mettre la clé sous la porte ! Visionnaire et toujours sûr de lui ce koala penché sur la pensée positive et probablement la Méthode Coué va organiser un grand concours de chant. C’est sans compter l’intervention d’une vieille lézarde à l’oeil de verre, sa secrétaire, qui, totalement neunoeil fera la fatale faute de frappe, promettant au grand gagnant 100 000 dollars au lieu des 1000 disponibles… « Tous en scène » ne met en avant que des animaux un peu zarbis !

Chacun ses problèmes …

Auditions titanesques, cinq chanceux sont sélectionnés : une souris très égotique, une jeune éléphante timide paralysée par sa peur du public, une truie 25 fois maman qui a aussi la préoccupation de faire tourner sa maisonnée, un gorille à la famille mafieuse et une ado porc-épic écrasée par l’orgueil de son petit ami, guitariste et parolier, qui la décourage d’écrire et refuse qu’elle s’essaye à une carrière solo… Une équipe apparemment composée de « bras cassés » qui, au final, s’avèrera beaucoup plus professionnelle qu’il n’y parait… C’est aussi ça « Tous en scène » !

De la bonne musique

Voilà un film très actuel qui ironise gentiment sur le monde de la télé réalité tout en nous offrant de la pop sucrée très commerciale… mais aussi des grands standards ! Clin d’oeil aux parents oblige. Le film vise vraiment la génération de parents actuellement âgés de 30 à 40 ans, en alignant des succès comme l’Hallelujah (version Jeff Buckley pour l’interprétation) ou le fameux « I’m still waiting » d’Elton John. Personnellement j’ai adoré la vision assez juste que l’on y donne du milieu artistique où les gens sont toujours plein de grands projets mais comptent toujours sur les autres pour les financer… Après 24 ans à enchainer les projets et à me débattre pour les concrétiser (à grands coups de pensée positive et de mentalisation) j’ai comme une petite impression de déjà-vu là… « Tous en scène » parlera à tous les artistes !

Quelques larmes, sinon ce n’est pas touchant !

Bref, comme toujours j’ai pleuré (regardez comment je me définis dans l’ours de ce blog : « Sensitive with an inclination for artistic pursuits »…) quand le théâtre de « Tous en scène » s’effondre et que le koala (sans vouloir vous spoiler) voit tous ses rêves s’envoler et se persuade qu’il n’est qu’un gros nul… Émotion (ou projection, allez savoir…) quand tu nous tiens ! Au final, nous avons passé un moment gourmand, sucré et détonant et (encore une fois comme pour « Ma vie de courgette« ) nous avons écouté de la bonne musique. What else ?

 

Musique dispo ici :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Laissez un commentaire