Une maison bien rangée et organisée

Faire le vide, encore !

C’est décidé, je me re(mets) à faire du tri et à vider notre maison. C’est particulièrement difficile pour moi de ranger et d’organiser notre espace de vie (une petite maison de village de 95m2 que nous possédons depuis 5 ans) pour plusieurs raisons. Tout d’abord avec un bébé de 7 mois je suis très occupée et je peine déjà à dégager du temps pour me activités de chant et d’écriture. Ensuite nous allons prochainement mettre en vente cette maison (notre première) pour acheter plus grand à Vichy où je rêve de vivre à l’année. Donc nous terminons les travaux dans une maison que nous projetons de quitter, cela ne facilite pas l’investissement Rangement même si, je suppose, une maison aux grands volumes vides et à la déco minimaliste est plus séductrice pour celui qui la visite… J’aime vivre au jour le jour et ce projet de vente sape un peu cette positive attitude. De plus je travaille sur mon nouvel album et cette année je vais également publier deux livres. Imaginez la course entre bébé, le grand qui vient d’entrer en classe de sixième, la révision de mes chansons pour le studio et les sorties de « blogueuse » (même si ce n’est pas vraiment la façon dont je me définis).

Peu de temps après la naissance d’Ashley j’ai fait un grand nettoyage de printemps qui s’est appliqué aux vêtements, aux sacs, aux chaussures et aux cosmétiques. J’ai du m’y reprendre à plusieurs fois et j’ai au final donné ou jeté une bonne dizaine de sacs poubelles de vêtements que je ne mettais plus (c’était avant que je ne perde les kilos pris pendant ma grossesse) ou que je n’avais plus aucune envie de voir (ceux que j’avais durant ma grossesse alitée : 6 mois à l’horizontale, c’est marquant…) J’ai donné tous les cosmétiques que je n’utilisais jamais à des petites copines de mon fils ainsi que des bijoux fantaisie au kilo ! J’ai raconté cette quête du Vide ICI puis LA.

img_20160921_230412

Deux échecs …

Aujourd’hui je considère ces deux tentatives de désencombrement comme des échecs… Eh oui malgré le nombre de sacs qui sont partis au recyclage ou qui ont été donnés, le dressing est toujours aussi en fouillis et surchargé, je n’y trouve toujours pas ce que je cherche le matin. Quand à mon bureau en bas, construit avec plein de rangements sur-mesure par mon mari Camille, il est de plus en plus plein. Les choses que je n’ai pas jetées sont allées au grenier en prévision d’une improbable brocante. Bref, au dessus de nos têtes c’est le capharnaüm et si ça ne dérange ni mon mari, ni mes fils, moi ça me stresse beaucoup. Je peste devant tout ce que nous avons accumulé en 7 ans de vie commune. Je voulais me remettre à trier et à jeter quand j’ai reçu le livre de Geralin Thomas, la grande Prêtresse américaine du rangement. Son livre intitulé « Pour bien ranger et s’organiser chez soi » est publié chez Eyrolles et ne coûte que 19,50 euros. Cela valait le coup d’essayer.

De grands principes de rangement

Ce livre m’a appris de grands principes que je compte mettre en œuvre très vite (je vous en reparlerai ici). Il permet de se diriger vers une maison bien rangée et bien entretenue même si on manque d’espace, de rangements et de temps. Il est très astucieux. Avec lui on apprend à optimiser l’espace à moindre coût. Quelques paniers accrochés aux murs dans la salle de bain deviennent les rangements à shampooings, à crèmes ou à gels douches. Bon, perso je doute que mon mari me laisse percer des trous partout mais on peut toujours espérer… Les astuces de Geralin nous apprennent à jeter sans regrets en partant du principe qui est aussi le mien que « Less is more ». Moins d’objets et de possessions inutiles et superficielles c’est plus de temps pour soi, pour des activités passionnantes. Pour moi ce serait plus de temps de création musicale par exemple, plus de temps avec Bébé Ashley. Ce soir j’étais si occupée avec le rangement du salon que j’ai raté son bain pour la première fois (snif!) c’est son papa qui a assuré ce moment de jeux et de joie en tête à tête avec bébé.

Geralin nous apprend comme je viens de l’expérimenter que la fameuse pièce à vivre open-space peut devenir un cauchemar et un capharnaüm. Elle préconise de se poser les bonnes questions. Ce que je fais ci-dessous.

Se poser les bonnes questions

Comment en suis-je arrivée là ?

Lors de ma rencontre avec mon mari je vivais dans à peine 50m2 avec mon fils. Ma salle de bain était minuscule, tout comme ma cuisine. J’avais deux armoires pour mes vêtements et elles étaient loin d’être pleines. Comme j’étais journaliste et que j’étais en vadrouille toute la semaine dans Paris, je portais souvent les mêmes vêtements pratiques et confortables. Je travaillais beaucoup et j’avais peu de temps pour le shopping. Puis nous avons emménagé dans une maison de 300m2 qui au début était à moitié vide. Ses affaires, les miennes et celles de mon fils ne l’emplissaient que peu. Lorsque nous avons acheté notre maison de 95m2 nous avons commencé à manquer de place. Au bout de quatre ans j’ai récupéré une petite pièce au grenier pour en faire un dressing. Et, ayant une pièce « à moi », j’ai commencé à accumuler. D’un côté je jette c’est certain, mais d’un autre je rachète, j’aime chiner la fringue vintage dans les brocantes et les friperies. Et comme il n’y a pas grand chose à faire dans notre village, une fois par semaine ma distraction et mon plaisir c’est d’aller dans la friperie qui se trouve à 30 km… Je suis aussi devenue blogueuse et chaque semaine j’ai des colis, des produits à tester, des vêtements parfois, des gadgets (voir le dressing ICI et LA). J’ai pris l’habitude d’offrir ces cadeaux à mes lectrices mais j’avoue j’en garde beaucoup pour moi. J’aime ce qui est « tendance », je n’y peux rien… Niveau beauté je me suis calmée. Je favorise les crèmes Tout en Un mais ça ne suffit pas. J’ai un vanity case géant et plein à craquer et pourtant régulièrement je jette, je donne… Lorsque j’achète un nouveau fond de teint, j’en balance un vieux… Mais c’est toujours très encombré… J’ai vécu une grossesse alitée pendant laquelle j’ai fait beaucoup de shopping en ligne. Avant d’être enceinte je passais le plus clair de mon temps libre en studio (où je dépensais un peu d’argent mais où au moins je n’achetais rien…)

img_20160921_230554

Comment vais-je réagir en jetant certains objets ?

Le souci c’est que certains objets ne se jettent pas. Je suis auteur et pour moi jeter un livre, même de poche, est un sacrilège. Donc je préfère vendre les livres que j’ai déjà lu. Pour Noël je demanderai une puissante liseuse pour remplacer tous les livres papiers par des ebooks. De la place gagnée… Les fringues je peux jeter celles que mon mari ne m’a pas offertes ou celles que je n’ai pas portées pour un clip ou un concert car celles-là deviennent « sacrées ». Je n’ai pas de mal à jeter les cosmétiques. Je suis incapable de jeter les lettres, les photos, les tickets de bons concerts…

Que dois-je trier (j’ajouterai : ces jours-ci) ?

Actuellement je trie mes livres et j’en vends mais au compte goutte. Un colis ebay par ci, par là ça ne suffit pas à désencombrer… Je dois (encore) trier mes vêtements et mon vanity, la salle de bains et ses innombrables tiroirs (brosses, peignes, bigoudis, médicaments, shampooings…) et mes papiers et factures anciennes (j’ai toujours mes factures de 1996…)

img_20160921_230517

Comment commencer le tri ?

Geralin nous conseille de trier les objets et autres affaires par Catégories. Prenez des caisses et apposez-y des étiquettes comme suit :

NON UTILISES
NON DESIRES
NON APPRECIES
NON RECLAMES
NON ACHEVES (nos projets couture, art plastique etc. par exemple)

Ensuite, laissez le temps et la réflexion agir un peu et revenez-y…

Je vous dis à très vite avec des photos de mon rangement… En attendant je vous recommande ce livre très bien fait, bien illustré, très documenté qui changera peut-être votre quotidien si toutefois vous y mettez du vôtre !

Pour shopper ce livre, cliquez ci-dessous :

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Be the first to comment

Laissez un commentaire